Guillaume Wagner en rajoute à propos de Martin Matte...

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
577 577 Partages

Une grande guerre de mots a commencé quand Guillaume Wagner a critiqué la publicité de Maxi mettant en vedette Martin Matte lors d'une chronique à Gravel le matin. Ce dernier s'est ensuite défendu lors de son passage à Deux hommes en orWagner a répondu à son tour dans un long message Facebook. Martin Matte a aussi répondu dans un plus court message. Finalement, Wagner adresse aujourd'hui son mot final. 

L'humoriste Fred Dubé s'est même fait mettre dehors de La soirée est encore jeune après une chronique virulente. 

Voilà maintenant que Wagner en rajoute:

«C’est la dernière fois que j’en parle, promis.

C’est la déferlante sur les réseaux sociaux, dans les médias. Le vent souffle encore et toujours dans une seule et même direction, le statu quo. Je suis assurément coupable de mon ton virulent qui occasionne parfois plus de clivages que de rassemblements. Faut me pardonner, les injustices m’enragent. C’est mon défaut. 

Laissez-moi donc, pour une dernière fois, expliquer mon point sur un ton calme, sans sarcasme ni insultes.Martin Matte a parfaitement le droit de faire de la pub, parfaitement le droit de faire autant d’argent. Par contre, le droit d’être libre de nos choix ne signifie pas une exemption des critiques de ces choix.

Pourquoi Martin dirait non à autant d’argent? Où se situe le problème d’éthique?

La réponse ne demande pourtant pas de grands efforts de recherches. Encore faut-il vouloir s’y pencher. Et ce n’est certainement pas la machine médiatique qui vit des commanditaires qui vont vous faire un portrait global.

Maxi appartient à Loblaw, une compagnie possédant un modèle à la Wal-Mart hyper nocif au niveau social, économique et écologique. Loblaw envoie son argent en Barbade, vous savez, ces sommes gigantesques qui pourraient nous permettre de vivre dans une société plus équitable sans être obligé de quêter de l’argent au privé dans le but de s’ouvrir des centres d’aide aux malades. 

De plus, Loblaw fait faire ses vêtements Joe Fresh (vendus chez Maxi et Cie) au Bangladesh dans des usines sous-payées. Récemment, une usine négligée s’est effondrée et a tuée 1200 travailleurs. Les familles des victimes ont intenté un recours collectif contre Loblaw pour 2 milliards.

Martin Matte lubrifie les rapports entre cette compagnie et le public. Il se sert de son grand talent et de sa sympathie pour rendre ce genre de crapules sympathiques par association. Ce n’est pas anodin. Ces publicités légères sont lourdes de conséquences et contribuent à ce capitalisme irresponsable, non viable à long terme.

Je ne crois pas que Martin soit une mauvaise personne pour autant. Il n’est probablement même pas au courant de tout ça. Nos interventions à Fred Dubé et moi visaient à sensibiliser cet artiste à l’impact de ses prises de position.

En terminant, à ceux qui me reprochent de faire moi-même partie de ce système, je répondrai ceci : on peut parfaitement faire partie d’un système et le critiquer. Le système n’est pas une bête à laisser dégénérer en paix à moins qu’on ne réussisse à s’en extirper par un tour de magie quelconque.J’ai vu quelqu’un partager cette blague qui résume bien cette position :

Paysan : Le système féodal est horrible!Seigneur : Comment peux-tu critiquer le féodalisme alors que tu portes des haillons qui ont été fabriqués sous le système féodal?!
Paysan : (meurt de la peste)

Oui, moi et Fred on fait partie du système. Mais quand on nous donne des tribunes, on va au moins s’affairer à le critiquer. Quitte à déplaire, quitte à perdre sa job, plutôt que d’aller dans le sens du consensus pour garder son emploi, quémander l’amour du public à tout prix.

Après tout, l’amour ne vaut pas grand-chose si l’un des deux partis dicte la manière d’aimer l’autre.»

Voici la réponse de Martin Matte:

Partager sur Facebook
577 577 Partages

Source: Facebook de Guillaume Wagner · Crédit Photo: Facebook de Guillaume Wagner