Une chronique controversée de Guy Fournier dans le Journal de Montréal enflamme la toile

Tous les détails à l'intérieur

Publié le par Monde de Stars dans Viral
Partager sur Facebook
0 0 Partages

La dernière chronique de Guy Fournier dans le Journal de Montréal ne passe pas et la toile réagit fortement. Dans son texte « Les ricaneuses de Radio-Canada », le chroniqueur interpelle des animatrices telles que Marie-Louise Arsenault, Annie Desrochers ou encore Rébecca Makonnen qu’il compare à « d’authentiques moulins à paroles » et à qui il reproche de « de pouffer de rire à la moindre occasion. Que ce soit drôle ou non ».

« À la radio de Radio-Canada, le rire cache très souvent la vacuité des propos » commence Guy Fournier. Dans ce texte partagé par le Journal de Montréal, le chroniqueur semble donc avoir un problème avec le fait que les animatrices de Radio-Canada… posent trop de questions et rient trop fort.

Voici quelques extraits de cette chronique : « Ces femmes, qui brillent par leur intelligence, font grand étalage de leurs connaissances et déclinent tous les mots et toutes les expressions qui sont dans l’air du temps. Même qu’elles en inventent ! Dans leur cas, ce n’est pas le rire qui prime, mais un verbiage de haut vol ayant tendance à perdre l’auditeur. Ou à le faire sentir tout petit.  

Avec elles, l’écoute n’est plus à la mode. Elles bombardent leurs pauvres invités de questions, finissent leurs phrases et leur coupent la parole. Elles leur brandissent leur savoir à la face et formulent en forme de réponses des questions auxquelles elles brûleraient de répondre elles-mêmes. 

À ces égéries radio-canadiennes dont je viens de parler s’ajoute depuis quelques années, en particulier durant la saison estivale, une ribambelle de chroniqueuses et de commentatrices vertes et agitées. » 

Une chronique que Guy Fournier termine en écrivant « Ces animatrices et ces chroniqueuses, qui rient à propos de tout et de rien, font la preuve, sans forcément en être conscientes, que les femmes ont gagné la guerre des ondes. À Radio-Canada du moins. »

Face à ces propos assez douteux, de nombreux internautes ont soulevé la misogynie des propos de Guy Fournier, qui blâme le rire chez les femmes.

 « Faudrait pas trop parler et faire étalage de quoi que ce soit. Les madames ne devraient pas non plus trop rire. Mais, surtout, les madames devraient rester à leur place. Les vieux monsieurs pognés dans le formol aussi, tant qu’à moi. » 

 « J'ai googlé "Misogynie", pis le premier résultat en haut c'était ça. »

« une vie doit être triste pour que le rire d’une femme devienne source de critique. Comme l’a dit coeur de pirate: « T’es belle,(…) mais juste quand tu souris » pis que tu ne ris pas trop fort »

 « Guy Fournier a grandi et prospéré en télé. Il devrait googler l’expression « Jump the shark ». C’est ce qu’il a fait avec cette chronique. S’il a Google, bien sûr. »

 « Chronique 383747383 de Guy Fournier pour cracher sur Radio-Canada. N’y a-t-il pas une limite un moment ? »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Twitter · Crédit Photo: Facebook