Trois raisons pour lesquelles le coup d'éclat de Guillaume Lemay-Thivierge a été un échec sur toute la ligne

Tous les détails ici

Monde de Stars

Le 37e Gala des Prix Gémeaux avait lieu dimanche soir et le moins que l'on puisse dire c'est qu'on se souviendra très longtemps de cette célébration de la télévision québécoise. Malheureusement, ce ne sera pas pour les bonnes raisons.

Guillaume Lemay-Thivierge est venu porter de l'ombrage sur cette belle fête animée par une Véronique Cloutier en plein contrôle de la situation en y allant d'un coup d'éclat qui a suscité beaucoup d'incompréhension, à la fois dans la salle et sur les médias sociaux.

Selon nous, la sortie de l'animateur, réalisateur et comédien a été un échec sur toute la ligne pour trois principales raisons.

1. Tout ça...pour ça?

On a réécouté plusieurs fois le très/trop long moment au cours duquel l'animateur de Chanteurs masqués a pris le contrôle du Gala des Prix Gémeaux alors que ce n'était pas du tout planifié. Visiblement, Guillaume Lemay-Thivierge a voulu y aller d'un coup d'éclat...mais on ne comprend toujours pas trop ce qu'il a voulu faire passer comme message.

Comprenons nous bien. Un message senti et bien livré pour inciter les gens à aller voter le 3 octobre prochain, c'est pertinent et à propos. Mais est-ce vraiment ce qu'il a essayé de faire? En y allant de blagues mal ficelées en comparant le vote à l'élection provinciale à celui pour les Gémeaux, Guillaume Lemay-Thivierge nous a complètement perdu.

Au final, essayait-il de tout simplement encourager les gens à aller voter? Donnait-il son appui à un parti en particulier? Certains ont vu sa sortie comme un endossement du Parti conservateur d'Éric Duhaime ou en tout cas comme un appel à voter contre la CAQ. Mais on vous avoue qu'en réécoutant l'extrait, ce n'est franchement pas clair.

On ne conseillerais jamais à un artiste de prendre le gala en otage de la sorte et en prenant la parole sans que ce soit prévu. MAIS, si quelqu'un décidait de le faire, il faudrait au moins qu'il soit extrêmement bien préparé et qu'il ait un message clair à livrer pour que ce soit cohérent, éloquent et pertinent.

Disons que le monologue décousu que GLT a livré dimanche soir était loin de répondre à ces critères...

2. Prendre du précieux temps pour l'enlever à d'autres

Il n'y a pas de secret. Un gala comme celui des Prix Gémeaux est réglé au quart de tour et minuté à la seconde précise. Lorsqu'un indésirable invité décide de prendre la parole sans que ça soit prévu, il enlève inévitablement du temps d'antenne à d'autres.

Dans le cas qui nous occupe, Guillaume Lemay-Thivierge a empêché les créateurs de documentaire d'avoir droit à une visibilité énorme à heure de grande écoute dont ils auraient grandement bénéficié.

Léa Clermont-Dion, qui présentait un prix tout de suite après le monologue décousu de Guillaume Lemay-Thivierge a publié le message suivant sur les médias sociaux:

« Hier soir, lors du Gala télévisé des prix Gémeaux superbement animé par Véronique Cloutier, un moment était dédié à mettre en valeur les documentaires célébrés par l'Académie. Ingrid Falaise et moi avions le grand honneur d'y intervenir. Guillaume Lemay-Thivierge a pris l'initiative personnelle et improvisée d'interrompre notre segment afin de prendre parole. Je respecte le débat, mais j'ai trouvé cela dommage car on mettait ENFIN en lumière le travail formidable de documentaristes de l'ombre ayant un réel impact dans la société québécoise. Pendant cette interruption de trois minutes, voici quelques productions documentaires qui auraient dû être célébrées. Par principe, je tiens à les souligner aujourd'hui. Bravo aux gagnants! Vous faites un travail formidablement précieux. »

3. S'auto-pelure-de-bananiser version 2022

Guillaume Lemay-Thivierge a été bien malgré lui au centre d'une controverse, il y a quelques mois, en raison de son statut vaccinal. Alors qu'on se trouve maintenant (on se croise les doigts, ici) en fin de pandémie et que les questions entourant le vaccin et le passeport vaccinal ne sont plus du tout à l'avant-scène de l'actualité, on aurait pu penser que GLT allait être content de pouvoir tourner la page.

Bien sûr, la tempête médiatique dans laquelle il a été prise lui a coûté quelques contrats, mais il s'en était somme toute sorti la tête haute, en gardant des projets majeurs comme Chanteurs masqués et Si on s'aimait. 

Plutôt que de miser sur le positif, Lemay-Thivierge a plutôt décidé d'y aller d'un coup d'éclat qui risque de le suivre longtemps. Comment faire confiance à un homme qui décide de se foutre éperdument de toute l'équipe qui a mis des mois à préparer un gala pour aller voler du temps d'antenne en direct pour demander aux gens...d'aller voter?

On l'a senti amer et revanchard, en trouvant un prétexte pour aller parler devant un million de personnes et ainsi avoir l'occasion d'envoyer promener Louis Morissette et Guy A. Lepage.

Voici ce qu'il a dit à leur sujet:

« C'est pas parce qu'un acteur ou une actrice braille que c'est le rôle de composition de sa vie. Calmez-vous là-dessus non c'est vrai. Je vais donner un exemple facile. On prend par exemple Louis Morissette.

Tu vois Louis Morissette qui braille parce qu'il a des enfants, il a une cabane, grosse et il a des problèmes de riche, c'est pas un rôle de composition. Par contre, si on voit Guy A. Lepage qui est gentil, respectueux, humble... Ah, là par exemple. Voyez-vous? »

On voit difficilement comment ce geste pourrait avoir un effet positif sur le reste de sa carrière. Disons simplement qu'il a perdu une belle occasion de se taire?