Ludivine Reding prend tout le monde par surprise avec une publication audacieuse pour la Journée de la femme

Pour une excellente cause

Publié le par Monde de Stars dans Viral
Partager sur Facebook
110 110 Partages

Les vedettes ont une plateforme extraordinaire pour exprimer leurs opinions sur les réseaux sociaux. De temps à autre, elles utilisent leur pouvoir de communication pour passer des messages essentiels à la société. En cette Journée internationale des droits des femmes, Ludivine Reding, la star de la série Fugueuse, ainsi que d'autres personnalités féminines ont profité de leur popularité sur Instagram pour participer à une campagne de sensibilisation à l'exploitation sexuelle lancée par le YWCA de Montréal. 

Les actrices Catherine Brunet, Julianne Côté, Ludivine Reding, l'ex-candidate d'OD Noémie Bannes et la joueuse de tennis Françoise Abanda se sont toutes unies pour participer à cette campagne intitulée «Laisse-toi pas acheter», qui a utilisé un subterfuge efficace pour rejoindre le public. Toutes ces vedettes ont publié aujourd'hui une nouvelle photo d'elles sur Instagram, avec le même genre de message: 

« Heyy! Si comme moi tu aimes ce outfit , tu peux te le procurer gratuitement en cliquant sur le lien dans ma bio! » (Ludivine Reding)

« ?yo si tu clique sur LE LINK IN MY BIO tu peux avoir le même kit que moi pour gratuit! » (Catherine Brunet) 

« Salut l’ami(e)s! L’entièreté du linge que tu vois sur cette photo est gratisss! Lien dans ma bio pour plus d’infos.» (Julianne Côté)

« Si tu kiffe mon ensemble, procure toi le même gratuitement en cliquant le lien dans ma bio. » (Françoise Abanda) 

« Tu veux mon outfit complètement GRATUIT? Lien dans ma bio » (Noémie Bannes)

En réalité, le lien dans leur bio menait directement à une page web créée par le Y des femmes de Montréal. Sur le site, après le slogan «Laisse-toi pas acheter», on peut lire ce qui suit: « Tu pensais peut-être profiter d’une bonne affaire, mais savais-tu que les pimps utilisent souvent des cadeaux pour recruter des jeunes filles? Si c’est louche, parles-en. Et, ne sois pas fâchée contre celle qui t’a fait cliquer ici, elle veut juste que tu sois mieux informée pour ta sécurité. ❤ »

La page web énonce également quelques statistiques frappantes: 

« 1 adolescent sur 7 dit avoir reçu des avances sexuelles non désirées sur Internet.

Plus d'un quart des ados envoient des infos personnelles à des inconnus en ligne.

14,7 ans. C'est l'âge moyen d'une jeune fille recrutée à des fins d'exploitation sexuelle. » 

Si le subterfuge a pu frustrer quelques internautes, on doit avouer que c'est drôlement efficace comme façon de passer un message! 

Si vous vivez une situation du genre ou si vous désirez venir en aide à quelqu'un, vous pouvez vous référer au centre de Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle (CLES):

CLES - Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle

514 750-4535 (Jour)
514 601-4536 (Soir et fin de semaine)
info@lacles.org
www.lacles.org

Partager sur Facebook
110 110 Partages

Source: Hollywood PQ
Crédit Photo: Instagram