Monde de Stars
Une pétition pour sauver la série Nuit blanche est en train de devenir virale
Radio-Canada 

Une pétition pour sauver la série Nuit blanche est en train de devenir virale

La série n'a pas été renouvelée.

Monde de Stars

Monde de Stars

Après une seule saison sur les ondes d'ICI Radio-Canada Télé, la série Nuit blanche tire sa révérence et n'a pas été renouvelée par la chaîne publique, rapporte le chroniqueur culturel Richard Therrien dans le Soleil.

Les téléspectateurs étaient d'ailleurs furieux d'une telle décision, constate le journaliste, qui a reçu plus de 1 000 commentaires sur sa page Facebook, sans compter ses courriels reçus sur le sujet et ses messages sur Twitter.

L'émission a toutefois attiré plus de 800 000 téléspectateurs. Richard Therrien se demande ce qui a poussé le diffuseur public à prendre cette décision. « La question qui revient le plus souvent: comment se fait-il que, des cotes d'écoute de plus de 800 000 téléspectateurs, ce ne soit pas suffisant pour Radio-Canada? Alors que Plan B, par exemple, rallie moins d'auditoires, mais revient pour une quatrième année », se demande-t-il. 

« C'est une série qu'on a beaucoup appréciée, mais elle n'a pas trouvé son public à la hauteur de nos attentes », a de son côté fait savoir la directrice générale de la Télévision de Radio-Canada, Dany Meloul, au Soleil.

« Tout le monde a tout donné, l'autrice était débordante d'imagination, mais force est d'admettre que c'est un succès modeste. On avait des doutes sur la masse critique de gens qui reviendraient l'automne prochain », a ajouté le premier directeur des émissions dramatiques et longs métrages, André Béraud.

Au départ, Nuit Blanche devait avoir trois saisons, une sur chaque décennie, en commençant par les années 1970. « On n'est pas du tout allergiques aux séries d'époques ou aux coûts que ça engendre, mais il faut que ça livre la marchandise », a justifié Dany Meloul.

Une pétition a même été lancée en ligne par des téléspectateurs furieux de ne pas connaître tous les mystères de Loulou. 

Source: Le Soleil