Bloqueur de pub détecté

C’est grâce aux publicités que nous pouvons vous offrir le contenu que vous aimez tout à fait gratuitement. Pour continuer à voir le contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités SVP.

Sophie Lorain fait une entrevue poignante à propos de la nouvelle série sur Chantale Daigle

Une excellente entrevue !

Cimon Asselin

La nouvelle série Désobéir : le choix de Chantale Daigle sera disponible sur Crave dès le 8 mars prochain. Pour l’occasion, Sophie Lorain était en compagnie d’Éléonore Loiselle et Antoine Pilon à l’émission Tout le monde en parle pour en discuter. 

Tout d’abord, permettez-nous de vous remettre en contexte en vous présentant un court résumé de l’histoire, tirée de la page Wikipédia : « En 1989, Chantal Daigle tombe enceinte d’un enfant dont le père était présumément Jean-Guy Tremblay. Leur relation prend fin après l’annonce de la grossesse et Daigle envisage l’avortement. En réaction, Tremblay demande une injonction pour empêcher l’avortement, invoquant le droit du fœtus à la vie. » 

Tout le monde en parle



La nouvelle série télé Désobéir : le choix de Chantale Daigle est coproduite par Sophie Lorain et elle était de passage sur le plateau de Tout le monde en parle. Elle était présente en compagnie d’Éléonore Loiselle, qui tient le rôle de Chantale Daigle, et Antoine Pilon, qui incarne Jean-Guy Tremblay. 

Tout le monde en parle


En parlant de l’histoire de Chantale Daigle, Sophie Lorain débute l’entrevue en nous disant ceci : « En faîte c’est assez incroyable qu’elle se soit retrouvée là ! Mais c’est une chicane de ménage qui a mal virée et je crois que ce couple-là, qui s’aimait au départ, un moment donné Chantale elle s’est réveillée pis j’ai l’impression que ce n’était pas tout à fait le prince charmant auquel elle s’attendait. Jean-Guy était agressif et violent. Le futur lui a prouvé d’ailleurs lui à prouvé raison parce qu’il s’est quand même ramassé en prison pendant 5 ans pour violence conjugale. Donc elle voulait avorter et elle ne voulait pas d’enfant de lui parce qu’elle savait qu’elle serait sous son joug toute sa vie et l’enfant aussi. Alors elle voulait se faire avorter et quand elle est arrivée pour le faire, ben Jean-Guy par un hasard de circonstance, s’est retrouvé à être instrumentalisé par un groupe de pro-vie et il a réussi à avoir accès à des avocats qui l’ont aidé dans cette cause-là pis qui lui ont fait croire qu’il avait des chances de s’en sortir. Et il y avait d’autres cas où des hommes avaient réclamé leurs droits par rapport à être un parent quand leur blonde voulait se faire avorter, mais ils avaient tous perdu en cour et c’est là où les avocats de Jean-Guy ont été assez brillants. Ils ont trouvé une astuce pour contourner ça (…) pour faire en sorte que la chose soit vue autrement. Le droit de vie du fœtus, c’est à dire lui accorder une personnalité et le reconnaître comme un être humain. »

Tout le monde en parle


Éléonore Loiselle n’était pas encore au monde lorsque cette histoire s’est produite, mais elle a bien pris le temps de lire le récit écrit par Chantale Daigle. « Je me suis rendu compte que c’est une femme qui s’est aussi pas juste battue pour son corps, mais pour ce qu’elle était, elle, dans son entièreté. Elle s’est dit « J’ai une intégrité et je veux qu’on la respecte » (…) et je me suis dit wow, c’est incroyable. »  

Tout le monde en parle


Antoine Pilon affirme que les réactions étaient nombreuses dans son entourage quand il a annoncé qu’il allait jouer le rôle de Jean-Guy Tremblay et particulièrement ses deux grand-mères, qui étaient très surprises ! Puis, il continue en parlant de l’importante médiatisation de l’histoire et de la présence de deux clans. « C’était comme une genre de téléréalité avant le temps ! », dit-il. 

Tout le monde en parle


Chantale Daigle n’a plus jamais repris la parole publiquement depuis 1989. Dès qu’on lui a avancé l’idée de faire une série sur cette histoire, Sophie Lorain affirme qu’elle n’a jamais hésité, ajoutant « qu’elle sent qu’il y a des débalancements dans le monde actuellement ». Elle continue en disant un point très important : « Quand Trump c’est préparé pour rentrer en politique, il disait, pendant sa campagne électorale alors qu’il avait toujours dit qu’il était pro-choix, il a dit je pense qu’il va falloir penser à un système de punitions pour les femmes qui vont se faire avorter et ça devrait être la prison et une amande. Et ça, c’était en 2016, alors on retournait exactement d’où Chantale était partie. Et c’est ça qui est fascinant, c’est de voir le chemin parcouru et le recul qui est arrivé avec alors je me suis dit c’est important et je voulais qu’elle le sache. Parce que bien que son doit du domaine public, évidemment ça été répertorié dans tous les médias et ils ont écrit des livres, elle et Jean-Guy chacun de leurs côtés. Mais au-delà de ça, je voulais qu’elle sache que c’est important qu’on partage cette histoire-là. Que les jeunes aujourd’hui le savent. C’est une femme qui est très très très pudique et qui ne veut pas être dans les médias et donc je suis passé par les militantes qui ont déjà été avec elle et qui sont toujours en contact avec elle. J’ai échangé une lettre avec ces femmes-là qui lui ont remise et Chantale m’a répondue par le biais des militantes qu’elle était d’accord et qu’elle était en confiance avec moi pis qu’elle était contente de savoir qu’on allait parler de ça, mais beaucoup beaucoup de pudeur chez cette femme-là. »

Tout le monde en parle

 
Une série magnifique à ne pas manquer ! 

Cliquez sur lien plus bas pour écouter l'entrevue en entier : 

Articles recommandés:

Ne manquez rien de l'actualité de vos vedettes préférées!
Ne manquez rien de l'actualité de vos vedettes préférées!