On sait maintenant pourquoi Danielle Trottier a décidé de mettre un terme à la série Unité 9

L'aventure prendra fin sous peu, après 7 ans d'intenses émotions

Publié le par Monde de Stars dans Télé
Partager sur Facebook
1,079 1.1k Partages

On le savait depuis un bout déjà, mais la fabuleuse série Unité 9 prendra fin en mars, après sept saisons sur les ondes de Radio-Canada. Dans les pages de La Presse+, l'auteure de la série Danielle Trottier donnait une généreuse entrevue sur son processus d'écriture et sur les raisons qui l'ont poussée à ne pas s'engager pour une huitième saison.

« J’ai décidé de mettre fin à Unité 9 quand j’ai senti que j’arrivais à des fins de cycle avec plusieurs personnages. Il y avait aussi chez moi un désir de sortir de prison. Sept ans, c’est long. C’est bête à dire, mais c’est presque une moyenne de peine au fédéral. Dès le départ, je savais que j’avais pour environ sept ans de matériel dramatique. D’ailleurs, j’avais donné une peine de sept ans à Marie, symboliquement. Je savais comment je voulais finir et je savais comment m’y rendre. Tout était inclus dans le premier épisode. Je disais aux téléspectateurs : je vais m’approcher des femmes, je vais les déshabiller et je vais vous montrer ce qu’elles cachent. Dès le début, il y avait tout ça et après, il fallait que je le déploie. »

À l’origine, la série était prévue pour sept à neuf saisons, mais en se fiant à son intuition, l'auteure a décidé de s'arrêter à la septième, comme elle l'expliquait au journal Le Soleil l'année dernière:  «Quand j’ai fini la sixième saison, mon instinct d’auteure commençait à voir la fin. Pourquoi? C’est inexplicable. Pour la septième saison, j’avais beaucoup de matériel qui convergeait vers une conclusion»

Toujours sur le site de La Presse+, Danielle Trottier s'exprime également sur sa routine d'écriture, qui semble très exigeante. L'écriture d'Unité 9 est si prenante que l'auteure ne mange qu'un seul repas par jour!

« Quand j’écris, je me lève à 5 h. Je prends une tasse de café et je pars dans ma cabane qui est installée à l’écart de la maison, près de la rivière. J’en sors vers 9 h 30-10 h. Si je suis en forme, je travaille jusqu’à 10 h 30. Ça dépend de mon état psychologique et physique. J’essaie de m’arrêter à un moment crucial, quand j’ai hâte de savoir la suite. Ensuite, je nage une heure. Et là, je vis pendant deux ou trois heures. Je mange seulement une fois par jour, au milieu de la journée. Alors comme c’est le seul repas, mon conjoint et moi en faisons quelque chose de spécial. Si ça ne s’est pas passé comme je le voulais le matin, je retourne écrire l’après-midi. J’écris sept jours par semaine, je saute rarement une journée. Ma vie est centrée autour de l’écriture, il faut accepter ça. Je suis au service d’une histoire et ça prend toute la place. Je n’écris pas dans la douleur, c’est un vrai plaisir. Mes doigts ne vont pas assez vite pour ma pensée. Quand je suis en période d’écriture, je suis couchée à 19 h. Je m’impose une routine absolument exigeante. »

Il est clair que la fin d'Unité 9 créera un trou important dans la programmation télévisuelle de ses fans, mais c'est également un énorme deuil à faire pour l'auteure. 

« J’ai écrit la dernière scène d’Unité 9 en mars dernier [il y a un an]. J’étais en Uruguay, où nous possédons une maison depuis 15 ans. C’est une ferme qui s’appelle El Cielito, ce qui signifie "le petit ciel au-dessus de ma tête". On y passe de quatre à cinq mois par année. Mon bureau est dans la sellerie, un bâtiment qui est détaché de la maison. J’ai la même routine là-bas qu’ici.

« Cette journée-là, mon chum savait que j’allais écrire la dernière scène. Et il savait que ce serait très difficile pour moi. Et ça l’était. Laisser des personnages qu’on a tant aimés… je les ai tellement aimés… J’ai aimé les autres personnages que j’ai écrits, mais à cause du réalisme et de leur humanité, c’était plus difficile de laisser ceux d’Unité 9. Des fois, c’est tellement proche, tu oublies que c’est un personnage. Je quittais des amies, un pays. Comme beaucoup de femmes me l’ont témoigné, on a hâte de quitter la prison, mais en même temps, on y laisse quelque chose de très important. »

Danielle Trottier est également l'auteure de la série Cheval-Serpent, disponible en rattrapage sur le site d'ICI Tou.tv.

Partager sur Facebook
1,079 1.1k Partages

Source: La Presse
Crédit Photo: Facebook