Monde de Stars
On a eu droit à un immense malaise sur le plateau de La semaine des 4 Julie
La semaine des 4 Julie  

On a eu droit à un immense malaise sur le plateau de La semaine des 4 Julie

Tous les détails ici

Monde de Stars

Monde de Stars

On a eu droit à un moment de délicieux malaise, mercredi soir, sur le plateau de La semaine des 4 Julie, alors que Julie Snyder recevait les trois plus récents exclus d'Occupation Double Martinique: Jonathan, Dominique et Sabrina.

L'entrevue la plus attendue était sans contredit celle de Jonathan, mais c'est plutôt lorsque les deux filles sont venues le rejoindre sur le plateau qu'on a assisté au moment le plus drôle de la soirée.

« Mes espions me disent que dans la maison des exclus il y a eu des rapprochements. », a laissé tomber Julie Snyder, en s'adressant aux trois candidats qui ont passé plusieurs semaines ensemble entre la fin de leurs tournages et leur retour au Québec. « Dominique, Sabrina, y a-t-il eu un french? »

Avec plusieurs secondes de malaise où personne ne voulait répondre, Sabrina a brisé le silence. « Il y a eu un french! »

« Des frenchs. Plusieurs frenchs », a ajouté Dominique.

« Vous avez pas le goût de dire avec qui? », a renchéri l'animatrice.

Jonathan, qui ne savait visiblement pas où se mettre, a ajouté: « C'est pas très grand comme maison...j'ai entendu vent. »

« On vous laisse imaginer qui a frenché qui », a conclu Dominique.

Il faut savoir que Dominique avait déclaré plusieurs fois depuis le début de la saison qu'elle était attirée tant par les gars que par les filles. Elle avait notamment déclaré très ouvertement son attirance envers Ally, mais celle-ci avait aussi tôt fermé la porte en déclarant qu'elle était uniquement aux hommes.

On peut donc présumer que Sabrina et Dominique ont passé de beaux moments ensemble dans la maison des exclus et - entre vous et nous - c'est tant mieux pour elles!

Jonathan en veut à la production

Son départ d'Occupation Double a suscité une véritable commotion sur les médias sociaux. Il était de passage sur le plateau de La semaine des 4 Julie, mercredi soir, pour accorder sa première entrevue depuis son retour à Montréal. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Jonathan n'a toujours pas digéré la façon dont s'est terminée son aventure à OD Martinique.

Julie Snyder est tout de suite embarquée dans le vif du sujet en lui affirmant que les fans d'OD parlent beaucoup d'intimidation à son sujet et lui demandant si c'est ce qu'il avait senti.

« Dans ma vie, je n'ai jamais été celui qui s'est fait intimider. J'avais tout le temps de la facilité à m'intégrer dans les groupes, ce que j'ai vécu c'est assez particulier dans le sens qu'il s'est passé des choses dans les maisons qui ne me rejoignaient pas ce qui faisait en sorte que je m'écartais un peu du groupe pour ça. Mais les gars, au lieu d'essayer de me ramener dans le groupe, ils en ont profité pour continuer à me pousser de côté pour que le jeu se fasse et que je me fasse éliminer. Donc je sais pas...je ne suis pas prêt à dire que oui, je ne suis pas prêt à dire que non parce que je n'ai pas la définition exacte de l'intimidation, de mon vécu. »

Julie Snyder a alors poursuivi en disant que le public accusait beaucoup la production d'avoir laissé traîner les choses.

« Quand je trouvais ça vraiment difficile, j'ai demandé à parler aux personnes qui sont là pour veiller à notre bien-être. Il y a eu une intervention qui a été faite au niveau de la production. Cette intervention-là aurait honnêtement pu être faite beaucoup plus tôt. Ça aurait probablement changé le cours de mon aventure. Elle a été faite la veille du moment où je n'étais plus capable d'endurer l'ambiance et plus ça avançait, plus je me faisait tasser de côté. J'entrais dans une pièce et les gars changeaient de sujet. Je ne me suis jamais senti aussi seul, en étant entouré d'autant de personnes. »

Devant ces paroles, Julie Snyder a alors déclaré: « Donc, on aurait dû intervenir plus vite, j'en prends la responsabilité, on va t'inviter à notre post-mortem et on va essayer que ça ne se reproduise plus. »

Source: La semaine des 4 Julie