Mariana Mazza se confie sur sa déception: “J'étais en tabarnak...”

Elle se vide le coeur...

Publié le par Monde de Stars dans Télé
Partager sur Facebook
1,169 1.2k Partages

La semaine dernière a emmené son lot de controverses avec la tenue d'un gala de l'Adisq haut en couleurs, mais il ne faut pas oublier que dans un mois, presque jour pour jour, se tiendra aussi le gala des Olivier.

La cérémonie annuelle a elle aussi connu son lot de controverses au courant des dernières années, et certaines d'entre elles ont impliqué la très populaire humoriste Mariana Mazza. On se rappellera bien sûr de son fameux finger à Mike Ward mais plus récemment, l'année dernière, elle avait fait connaître sa déception de n'avoir reçu aucun prix autre que celui décerné par le public, malgré sa nomination dans 5 catégories.

À l'occasion du dévoilement des nommés il y a deux semaines, Mariana est revenu sur sa déception dans un long message publié sur Facebook, que vous pouvez lire ci-dessous.

"Je suis nommée cette année au gala des Olivier dans la catégorie Spectacle le plus populaire et Humoriste de l'année. C'est pas tant important pour moi d'être nommée que le fait que je sois nommée grâce à vous.L'année passée, j'étais nommée 5 fois et le seul prix qui m'est revenu est celui que vous avez voté pour.

Et en prenant du recul je me rend compte de plusieurs trucs.

1- J'étais en tabarnak parce que je suis compétitive et parce que j'aime ça gagner. Pas juste des trophées. Mais j'aime ça gagner le coeur des gens, le respect, le rire d'un public, la confiance de mes proches et surtout gagner à la loterie ( moi gagner un gratteux un p'tit 10$, ça me fais tellement plaisir ). Fake les jeunes, c'est normal d'être déçu quand on gagne pas. Vous avez le droit d'être triste. Mais pas longtemps ok ?

2- Des trophées c'est vrai que c'est pas important. C'est juste un bibelot qui sert de conversation quand on a pu rien à se dire en gang chez nous, à minuit, saouls et gelés, pis crevés et que personne veut décoller du sofa. Mais ça flatte un trophée. C'est le fun, ça fait un p'tit Velours (Parlant de velours, bravo à Kat Levac pour ses nominations). Ça te donne une tape sur l'épaule. Mais ça change pas une vie, ça me donne pas la santé, ni du fun, ni de l'argent. Ça donne juste un petit souffle qui nous rappel que y'a des gens qui ce sont dit : Ce sera elle. (...)

On dit souvent qu'on change pas le monde et qu'on le sauve pas.

Je suis pas d'accord.

On peut sauver le monde à notre façon.

Après un spectacle cette semaine, une dame m'écrit pour me dire que sa mère est très malade et qu'il ne lui reste pas beaucoup de temps à vivre. Que grâce à moi, elle a rie fort pendant quelques minutes en écoutant ma voix au téléphone ( pendant un show j'ai téléphoné un parent pour avertir que son enfant de 12 ans était à un show de 16 ans et plus. C'était drôle, cocasse, touchant et surtout, je ne savais pas que la dame était malade ).

Elle m'a dit que ce petit coup de téléphone avait fait du bien à sa mère, mais aussi à toute la famille présente dans la chambre de l'hôpital ce soir-là. Que tout le monde, l'espace de 3 minutes, ont oublié que le cancer est une pute.

J'ai pas guérit son cancer. Je l'ai juste mis sur pause 3 minutes.

Ce genre de message c'est la raison pour laquelle je fais ce métier. Mettre un baume au drame, être à l'écoute des autres, faire rire des générations complètement opposées dans leur valeurs et leur mentalités.

J'aime ça gagner ma vie financièrement, mais l'argent ça règle pas les crises d'anxiété que je fais quand j'ai peur d'avoir dit quelque chose de déplacé. Ou quand j'ai peur de pas avoir donné une bonne performance.  Ou quand je me réveille en pleine nuit parce que j'ai peur d'un article qui va sortir sur moi ou une entrevue où je me serai mis le pied dans la bouche. (...)

Je vous aime. xxxxx. Mazza."

C'est en lisant ce genre de messages que l'on se rappelle pourquoi Mariana Mazza est une favorite du public québécois ces dernières années! On a bien hâte de la voir au Gala des Olivier!

Partager sur Facebook
1,169 1.2k Partages

Source: Facebook · Crédit Photo: Instagram