François Avard ramasse complètement Marc Cassivi en direct à Tout le monde en parle

Tous les détails ici

Monde de Stars

François Avard était l'un des invités de Tout le monde en parle, pour cette première émission de 2022. L'auteur était de passage en compagnie de Michel Charette pour présenter sa nouvelle série Le bonheur, qui a énormément fait jaser depuis sa mise en ondes, il y a quelques semaines.

La comédie diffusée sur les ondes de TVA a commencé en force avec une scène devenue virale dans laquelle le personnage de François Plante, incarné avec brio par Michel Charette, pète une légendaire coche devant ses élèves.

La scène a été encensée par plusieurs, mais également critiquée par d'autres. C'est le cas du chroniqueur culturel de La Presse Marc Cassivi qui a publié un texte très critique envers la scène. Il y écrit notamment ceci:

« Qu’ils le veuillent ou non, avec cette scène comique qui perpétue de nouveaux stéréotypes, Avard et Gagnon participent à cette tendance lourde de la télévision, ici comme ailleurs, de présenter l’homme – surtout l’homme blanc hétérosexuel au mitan de la vie – comme une victime. »

Guy A. Lepage a demandé à François Avard ce qu'il répondrait à Marc Cassivi et le coloré auteur qui n'a jamais eu la langue dans sa poche a donné la réponse suivante:

« Je réponds, d'abord, que moi mon métier en tant qu'artiste c'est d'être quelqu'un qui met le doigt sur le bobo et qui emmerde les bien-pensants. C'était ça dans le temps des Bougon, c'est encore ça aujourd'hui. Qu'est-ce que j'en dirais d'autre? J'en dirais que Marc c'est une espèce de curé d'une nouvelle religion qui est le wokisme. C'est une religion à laquelle j'adhère sur bien des principes, mais je ne la pratique pas cette ostie de religion-là. J'y crois, mais je ne suis pas pratiquant et il y a des curés comme Marc qui veulent faire la leçon aux gens.

Je trouve ça un peu malheureux, ça me fait penser quand les curés pouvaient pas fourrer, mais qu'ils disaient aux gens de fourrer moins ou de fourrer d'une manière. Marc voudrait qu'on regarde la télévision d'une manière, qu'on l'écrive d'une manière.

Mais comme artiste, je ne serai jamais un fonctionnaire du scénario. On ne me dira pas "Écris plutôt ceci" ou "N'écris jamais cela." Je m'excuse de décevoir Marc.

Mais tsé, je suis un blanc. Je suis un homme blanc, malheureusement, cinquante-trois ans. Et si j'avais voulu mettre autre chose en scène qu'un homme blanc qui pète une coche, on m'aurait accusé d'appropriation ou de quoi que ce soit d'autre. »

Les médias sociaux se sont rapidement enflammés. Le chroniqueur Hugo Dumas a notamment publié:

« À ne plus inviter au même party: François Avard et Marc Cassivi. Cibole, ça joue rough! #TLMEP »

Ce à quoi Marc Cassivi a répondu:

Dany Turcotte a ajouté:

Pour ceux qui ne l'ont toujours pas vue, voici la scène qui a tant fait jaser: