Brian Mulroney: «Donald Trump c'est un gars exceptionnel»

Il s'exprime sur Donald Trump à «Tout le monde en parle»

Publié le par Monde de Stars dans Télé
Partager sur Facebook
390 390 Partages

L'émission Tout le monde en parle se paie des invités de marque ce soir et la soirée risque d'être très intéressante. Guy A. Lepage et Dany Turcotte recevront George St-Pierre, Catherine Fournier, Mariloup Wolfe, Judith Lussier, mais aussi le très honorable Brian Mulroney, premier ministre du Canada de 1984 à 1993. 

Dans un extrait de l'émission publié sur le site de Radio-Canada, M. Mulroney était questionné par Guy A. Lepage sur ses relations avec le président américain Donald Trump: « Tout à l'heure, Dany vous a demandé si vous vous entendiez bien avec Donald Trump.» La réponse de Brian Mulroney n'est pas tout à fait claire. On ne comprend pas tout à fait pourquoi il oscille entre l'admiration et la critique. Visiblement, il ne veut pas froisser inutilement le président américain. En bon politicien qu'il est, Mulroney pèse ses mots. Le début de sa phrase a toutefois de quoi retenir l'attention! 

«Écoute, je m'entends bien avec Trump [...] Donald Trump c'est un gars exceptionnel. Il est président des États-Unis, il faut s'entendre avec lui. Parce que le président des États-Unis mène large, c'est important pour le Canada. Mais je pense qu'il a posé des gestes et qu'il a pris des tournures difficiles pour les États-Unis. Et il est en train, dans certains cas, de perdre des amis, des alliés loyaux, fidèles. Regardez l'Angleterre, le Canada, la France, l'Allemagne, y'a personne...Il se colle sur ses ennemis. Et puis, vous savez ce qu'il a dit à Charlevoix, au sujet du premier ministre Trudeau, c'était des mots jamais utilisés par un président américain dans l'Histoire, même contre un ennemi, au lieu d'un ami.»

Rappelons que lors du sommet du G7 à Charlevoix l'été dernier, Monsieur Trump n'avait pas été tendre avec Justin Trudeau, le qualifiant de faible et très malhonnête et l'accusant même d'avoir fait de fausses déclarations. 

«Il se crée des problèmes humains, énormément. Je pense qu'il se nuit pour des raisons que je ne comprends pas. C'est un gars intelligent, il a réussi quand même des belles choses dans sa vie. Mais dans ce contexte-ci, je trouve que le plus grand ennemi de Donald Trump, c'est Donald Trump» poursuit Mulroney.

En fait, Brian Mulroney semble aborder le cas de Donald Trump avec prudence. C'est sans aucun doute un réflexe naturel pour ce politicien qui a négocié le premier accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis, en 1984. Il sera intéressant de voir la suite de l'entrevue ce soir. 

Par ailleurs, nous apprenions cette semaine que Brian Mulroney était en deuil de sa sœur Olive, décédée le week-end dernier à Montréal, à l’âge de 82 ans. Olive, qui portait le nom de son mari Richard S. Elliott, maintenant décédé, était l’aînée des enfants Mulroney. Née à Buckingham, au Québec, elle a grandi à Baie-Comeau, où a vu le jour Brian Mulroney, qui est maintenant président du conseil d’administration de Québecor. 

Partager sur Facebook
390 390 Partages