Une femme est droguée à son insu durant un spectacle des Trois Accords

Le groupe lance un appel à tous

Publié le par Monde de Stars dans Prestations
Partager sur Facebook
301 301 Partages

La musique des Trois Accords est supposée dégager allégresse, insouciance et joie de vivre. Le groupe nous fait vibrer au son de ses mélodies accrocheuses et de ses paroles absurdes depuis 2003, année où il a sorti son premier album Gros Mammouth Album Turbo. 

Lorsqu'on écoute le chanteur Simon Proulx et ses paroles surréalistes, il est tout indiqué de mettre son cerveau à off et de se laisser bercer par les mélodies envoûtantes du groupe. Or, un fan mal intentionné a profité du dernier concert du groupe à Saint-Lazard pour mettre à exécution un plan bien sombre.

Dans une story Instagram, le groupe a partagé un message d'intérêt général visant à contrer un fléau beaucoup trop répandu, particulièrement dans les bars et les salles de spectacle.

« Hier, pendant notre show Chez Maurice, quelqu'un a mis de la drogue dans le verre d'une fille à son insu. Elle s'est retrouvée à l'hôpital en ambulance. Nous en sommes tristes et choqués. Si vous connaissez cette mauvaise personne, dénoncez. SQ Vaudreuil-Soulange Ouest, (450) 456-3883.»

Aucun autre détail n'a été annoncé concernant l'état de santé de la femme en question, mais nous lui souhaitons le plus prompt des rétablissements. 

Le problème de la drogue du viol est de plus en plus répandu au Québec et ailleurs. Il ne suffit que de 30 secondes d'inattention pour qu'un inconnu saupoudre une subsatnce dans votre verre et que vous perdiez complètement la carte quelques heures plus tard. 

Le GHB ou gamma-hydroxybutyrate est un dépresseur du système nerveux central qui se présente sous forme de liquide incolore et inodore (en petite fiole), de poudre blanche, de capsule ou en granulés à dissoudre dans l’eau. Dissout dans un verre de boisson alcoolisée, il n’a ni odeur ni saveur (à peine un léger goût salé et savonneux). Une dose moyenne de GHB équivaut approximativement à 2,5 grammes de gamma-hydroxybutyrate en poudre.

Les victimes qui consomment de la drogue du viol à leur insu ne peuvent savoir quelle quantité elles ont ingérée, ce qui rend l'intoxication encore plus dangereuse. Aux États-Unis, trois jeunes lycéennes ont créé une paille anti-viol. L'utilisation est simple: une fois introduite dans n'importe quelle boisson, celle-ci change de couleur lorsqu'elle est en contact avec une drogue. Or, cette invention n'est pas encore répandue ni vendue commercialement. Dans le meilleur des mondes, tous les débits de boisson devraient automatiquement fournir ce genre de pailles à leurs clients...Mais pour cela, il faut continuer de dénoncer les agresseurs. 

Partager sur Facebook
301 301 Partages

Source: Hollywood PQ
Crédit Photo: Instagram