Stéphane Gendron fait une mise au point sur son passé d'animateur « trash »

Il revient sur sa récente sortie.

Publié le par Monde de Stars dans Potins

Peu après avoir pris la parole sur son passé d'animateur aux propos controversés dans le cadre du collectif Liberté d'oppression, Stéphane Gendron a fait une mise au point sur cette récente sortie, alors qu'il était de passage à l'émission Deux hommes en or, vendredi. 

C'est un Stéphane Gendron bien émotif qui s'est confié à Patrick Lagacé, en déclarant assumer entièrement les propos qu'il a tenus par le passé. Il ajoute se servir de ce parcours pour faire un virage et unir sa voie à celles qui sont en faveur d'un discours public plus sain. 

« Le trash, c’était une canalisation de frustrations profondes et personnelles, d’un état. On parle souvent du ''angry white man'', mais moi j’étais une ''angry person''. C’est au-delà du phénomène du trash. C’est vraiment une question très personnelle. Étant tombé là-dedans très jeune, tu te mets à patauger là-dedans et tu vois que les gens aiment ça et qu’ils en redemandent », a-t-il expliqué.

« Quand je regarde ça aujourd'hui, après deux thérapies et un long cheminement - qui n’est pas fini -, je me dis que c’est épouvantable. J’ai réalisé que ça devient un derby de démolition à travers les sautes [d’humeur] que tu fais, et là tu touches à des êtres humains », a-t-il ajouté.

Vers la fin de l'entrevue, il a également révélé qu'il avait perdu plus de 50 lb en raison de problèmes de santé éprouvés durant la pandémie. 

« Tout ce débat est venu rouvrir des blessures que j’essayais de régler depuis longtemps », a-t-il fait savoir. 

Rappelons que Stéphane Gendron a attiré l'attention récemment dans une puissante vidéo où il faisait son mea culpa par rapport à ses années derrière un micro. Il s'est ainsi associé à la députée solidaire Catherine Dorion, l'entrepreneur social Fabrice Vil et l'autrice-compositrice-interprète Safia Nolin.

« Ce n’est pas une blessure que je traîne. Ce n’est pas une tache à mon dossier. J’assume. Mais c’est une cicatrice », avait-il alors fait savoir, en dénonçant dans une vidéo d'une dizaine de minutes ses propres dérapages en dénonçant le fait que certains médias et chroniqueurs font la même chose aujourd'hui, en privilégiant le « spectacle » à l'objectivité des faits. 

Regardez la vidéo ci-dessous :

Source: Télé-Québec · Crédit Photo: Télé-Québec