Katherine Levac dit le fond de sa pensée sur l'acquittement de Gilbert Rozon

Elle en a fait part durant une longue entrevue avec La Presse.

Publié le par Monde de Stars dans Potins
Partager sur Facebook
0 0 Partages

En entrevue avec le journal La Presse, Katherine Levac est revenue sur l'acquittement de Gilbert Rozon, dans le cadre de son procès pour viol et attentat à la pudeur. 

« Les choses ont tellement changé depuis 10 ans, et je n’avais pas d’histoire à raconter. Je me serais sentie ingrate de dire que je faisais pitié, en sachant qu’il y a tellement de femmes qui ont eu de la difficulté à être prises au sérieux », a-t-elle dit. 

Elle ajoute avoir toutefois eu une prise de conscience à la suite des dénonciations sur les réseaux sociaux l'été dernier. 

« Je me suis rendu compte que le fait qu’on m’avertisse de ne jamais me retrouver seule dans une loge avec Gilbert Rozon, puis de le rencontrer pour la première fois et de me dire ‟ce monsieur me fait super peur, mais c’est normal, c’est ça la vie”... ben ce n’était pas normal. Voyons, c’est inacceptable ! », a-t-elle expliqué. 

Elle ajoute avoir également trouvé « normal » auparavant le fait de se sentir mal à l'aise en compagnie de certains confrères « pas trustables ». « Je ne pensais pas que c’était ma faute, mais je pensais que c’était normal. Maintenant, je vais demander qu’on me laisse seule. On dirait que ma voix a un poids, qu’elle est soutenue par ce mouvement », a-t-elle promis.

« Les boîtes, les agents, ils ont eu la dissociation facile. Évidemment que ce n’est pas leur faute, les agissements de leurs artistes, mais quand tu vois que ton artiste va mal, qu’il consomme, qu’il a une réputation pas d’allure et que ça ne te dérange même pas, mais que tu te sauves en courant quand ça sort publiquement... Pour moi, il y a des responsabilités qui n’ont pas été prises », a-t-elle ajouté. 

Katherine Levac a également révélé de nouveaux détails sur son émission L'amour est dans le pré

Elle a expliqué que la quête d'amour des agriculteurs la touchait particulièrement. « Cette sincérité, j’en ai besoin. Ils ne font pas semblant, ils veulent simplement trouver l’amour. Je le sais que c’est difficile de trouver quelqu’un, j’ai vu des gens très proches le vivre », dit celle qui a elle-même grandi sur une ferme, en Ontario. 

Katherine Levac prévient que son émission ne deviendra pas une quelque sorte d'OD dans le pré. « Les enjeux sont trop gros », a-t-elle laissé tomber. 

Et si elle fera parfois preuve d'humour, la nouvelle animatrice de la téléréalité a tenu à rester respectueuse envers les candidats.  « On parle de sujets sérieux avec eux. En même temps, j’ai envie de tirer les vers du nez d’agriculteurs qui ne veulent pas tant parler de leurs sentiments et beaucoup de leur ferme ! Je ne me retiens pas de poser toutes les questions. Mais le ton de l’émission ne change pas, je ne le veux pas et ce n’est pas ça qu’on m’a demandé. »

« Je ne sais pas si notre téléréalité est en avance ou en retard, mais elle est représentative de la vie et il faut continuer ! Ce que je pense par contre, c’est que notre téléréalité est peut-être en avance sur nos fictions », a ajouté l'animatrice et humoriste. 

Elle ajoute aussi admirer le candidat homosexuel qui sera de l'émission cette année. « C’est courageux pour lui de s’afficher. Je le trouve inspirant, Alex. Il s’est inscrit parce qu’il a besoin de nous. Mais je le sais qu’il va en aider du monde. Pas à s’inscrire à L’amour est dans le pré, mais juste des gens qui sont dans sa situation et qui ne voient personne comme eux », a-t-elle dit. 

L'amour est dans le pré sera diffusée dès le 14 janvier, sur les ondes de Noovo. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Facebook - Radio-Canada