Alexandre Barrette a trouvé le truc parfait pour faire parler les jeunes!

À essayer au prochain souper de famille!

Publié le par Monde de Stars dans Potins
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alexandre Barrette est vraiment un bon écrivain! Pour ceux qui ne le suivent pas déjà sur Facebook, allez-y tout de suite. Les anecdotes qu'il y raconte sont tout simplement savoureuses...

Comme celle-ci, où il nous partage son meilleur truc pour faire parler les jeunes!

«Petite anecdote du temps des fêtes.

À un souper dans le temps des fêtes, j’ai joué au jeu «ni oui ni non» avec mon filleul Antoine, 8 ans. Un jeu dont, mine de rien, 100% des règlements sont dans le titre du jeu.

Je posais les questions et il tentait de répondre sans dire oui ou non. Malgré son talent certain, mon arrivée sur cette terre 26 ans avant lui, me procure une expérience de vie et les outils nécessaires pour lui faire échapper un oui et un non à l’occasion.

Pour rendre le jeu plus facile, je lui ai dit «Antoine, on va changer de jeu. Maintenant on va jouer à «Ni Volcan ni Vilbrequin».

Je me disais que ça rendait le jeu quand même plus facile, compte tenu que ces 2 mots sont plus rarement utilisés.

En ce qui me concerne, «Vilbrequin» fait une sieste dans le dictionnaire et n’a pas été dérangé depuis genre 14 ans. Et Volcan est quand même tranquille aussi. Tant que je ne me paye pas un voyage en Islande, à Bali ou au Costa Rica, «Volcan» fait ses petite affaires et reste habillé en mou. Y se rase même pas. Il a une hygiène discutable.

Antoine : C’est quoi ce jeu là?

Moi : Ben c’est un peu comme tantôt. Je te pose des questions, et t’as pas le droit de dire les mots Volcan et Vilbrequin.

Antoine : Mais j’ai toujours pas le droit de dire oui et non?

Moi : Non ça tu peux. Oui et non maintenant tu peux les dire. C’est vraiment Volcan et Vilbrequin que t’as pas le droit de dire!

Antoine : o. k…..? (le ok le plus sceptique de l’histoire de l’humanité. Jamais un ok n’a été dit avec autant de doute. Même quand Jacques Cartier a dit aux Amérindiens «On vous prend toutes vos fourrures. On vous donne un miroir et un 40 onces de fort. »
Le «ok» du chef amérindien devait être plus convaincu que le ok de mon filleul.)

Bref, on commence le jeu. Et moi ça me fait beaucoup rire car je pose même pas des questions qui seraient susceptibles de répondre Volcan ou Vilbrequin.

Moi : Ok Antoine à l’école, c’est quoi ta matière préférée?

T’as jamais vu un petit gars concentré comme ça!!! La même concentration que quelqu’un qui participe à un concours d’épellation, avant de se lancer dans l’épellation d’un mot de 17 lettres.
Le gars voyait des feintes ou il y’en avait ZÉRO!

Bref, je lui ai posé des questions pendant une heure. Il a jamais dit Volcan et Vibrequin. Mais je peux dire que j’en sais beaucoup plus sur mon filleul maintenant!

Bonne journée!

Alex»

Petite anecdote du temps des fêtes. À un souper dans le temps des fêtes, j’ai joué au jeu «ni oui ni non» avec mon...

Publié par Alexandre Barrette sur 3 janvier 2016

Crédit photo:

Partager sur Facebook
0 0 Partages