Une rupture et des problèmes de consommation ont mené William Deslauriers à l'hôpital psychiatrique

«Je me suis enfermé avec de l’alcool et tout ce qui venait avec»...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
752 752 Partages

C'est une histoire très sombre, mais qui heureusement est sur la bonne voie pour bien se terminer, que le chanteur William Deslauriers a confiée en entrevue au Journal de Montréal, parue dans l'édition de ce matin.

La descente aux enfers de William Deslauriers a débuté au mois de janvier dernier alors que sa conjointe et mère de son enfant, Annabelle Mercier-Fillion, a annoncé au chanteur son intention de le quitter, quelques mois après qu'ils aient acheté une maison ensemble.

Le coup en fut un brutal pour le jeune homme.

«Je pleurais sans arrêt. J’étais brisé et je savais que la maison serait vide quand j’allais revenir. C’est à ce moment que j’ai réalisé que je devais me guérir.» -William Deslauriers, en entrevue au Journal de Montréal

La décision de se rendre à l'hôpital ne s'est pas prise sans l'aide de ses amis, qui ont eux-mêmes appelé l'ambulance. Il a passé 6 jours dans l’aile psychiatrique de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska. 

Diagnostic: dépression et psychose.

«Des professionnels m’ont confirmé que je n’allais pas bien », explique le chanteur.  «Je réfléchissais à ma reconstruction. Je voulais dissiper mes peurs pour retrouver le bonheur. Je n’ai jamais pensé au suicide, mais je me suis déjà demandé si ça valait la peine de continuer.»

Évidemment, pour celui qui a connu la gloire de Star Académie et des salles pleines lors de ses spectacles, la chute fut dure. 

«Je préférais me faire reconnaître au dépanneur qu’à l’hôpital.»
-William Deslauriers, en entrevue au Journal de Montréal

Révélations et consommation troublantes

William Deslauriers a aussi confié lors de cette entrevue tout le mal-être qui l'habitait lors de sa psychose, amplifié par ses problèmes de consommation.

Il avait entre autres enlevé tous les miroirs chez lui pour éviter de voir son reflet et buvait du jus de piment fort pour supporter le froid de sa maison, qu'il n'avait pas la force de chauffer au bois.

«Je me suis enfermé avec de l’alcool et tout ce qui venait avec. Est-ce que j’ai consommé ? Oui.»
-William Deslauriers, en entrevue au Journal de Montréal

Aujourd'hui, William sait que sa dépression est en grande partie due au surmenage, et il avoue que le succès mitigé de son troisième album lui a aussi donné un dur coup au moral.

«Quand j’arrivais chez moi, je n’avais pas la tête libre et je n’étais plus capable d’être le chum que j’étais», a-t-il expliqué.

Heureusement, des jours beaucoup plus lumineux s'annoncent.

«Mon garçon m’a donné la plus grande des forces pour que je redevienne le papa que j’étais. J’ai recommencé à vivre comme une personne qui avait cessé d’exister depuis trois ans.»
-William Deslauriers, en entrevue au Journal de Montréal

 Finalement, le chanteur a aussi confié au journaliste du JdeM qu'il travaillait présentement sur un nouvel album... dans lequel il parlera de tout ce qu'il a vécu.

«Ce que j’ai vécu peut aider les autres, et c’est ce que je veux. Je veux raconter ce que je suis devenu, et malgré qu’on ait un genou à terre dans la vie, on peut réussir à se relever et revenir plus fort», conclue-t-il.

Partager sur Facebook
752 752 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Instagram