Une populaire chanteuse québécoise victime d'harcèlement sexuel en plein spectacle...

Toute l'histoire à l'intérieur...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
581 581 Partages

Ouf... On a beau être en 2016, le principe d'égalité homme-femme ne semble pas être acquis de tous!

Parlez-en à Liana Bureau, ex-concurrente de La Voix, qui a été victime du manque de classe et de savoir-vivre d'un fan alors qu'elle se produisait sur scène.

Ce dernier a pris plusieurs photos du "bas du corps" de la jeune femme, avant d'y ajouter des dessins explicites, notamment celui d'une girafe qui s'insère le cou dans son vagin... L'intelligence n'est pas donnée à tout le monde, il faut croire!

En entrevue au Journal de Montréal, la chanteuse a raconté sa réaction (qu'on juge parfaite): "Là, il avait dépassé ma limite. J’ai agi impulsivement; je suis débarquée de la scène, je lui ai pris son téléphone puis je suis remontée sur scène. Je voulais supprimer la photo. C’était une photo de mon bassin et il avait mis une girafe qui rentrait dans mon vagin, sur Snapchat. C’est irrespectueux dans mon livre à moi, utiliser le corps des femmes comme ça. J’étais vraiment très fâchée. C’était comme une agression, de l’intimidation. Il rentrait dans mon intimité, dans mon intégrité."

Sur Facebook, la chanteuse en rajoute:

"Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive sur une scène et à plusieurs reprises j’ai tout simplement figée de surprise, incapable de me défendre. Une fois même, après le spectacle, j’avais fondue en larmes parce que je m’en voulais de ne pas m’être défendue, de n’avoir rien dit. Je me sentais les mains liées. Cette fois-là, je m’étais promis de ne plus rien laissé passer et d’imposer ma limite lorsque je sentais que je devais le faire.

Hier soir, je n’ai pas figée, hier soir, j’ai imposée ma limite, hier soir, j’ai imposée à cette personne qu’elle me respecte en tant que femme, parce que trop souvent, on ne les respecte pas ces femmes. On les juge et on les diminue pour leur manière de parler ou de bouger, pour leurs vêtements, pour leur physique et pour ce qu’elles sont tout court."

Voilà une histoire qui, on l'espère, poussera certaines hommes aux comportements sexistes à réfléchir deux fois avant de poser de tels gestes dégradants!

Partager sur Facebook
581 581 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Capture d'écran YouTube