Ron Fournier se confie pour la première fois sur son cancer

Il raconte son histoire afin de sensibiliser au dépistage

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
36 36 Partages

L'animateur et journaliste sportif vedette Ron Fournier a révélé mardi matin qu'il a vaincu le cancer de la prostate il y a quelques mois. Il en a profité pour implorer tout le monde d'effectuer des tests de dépistage afin de prévenir le plus possible cette maladie qui touche un homme sur sept.

Il a été très discret sur cette dure épreuve. Ce mardi, il s'ouvre dans une entrevue avec Paul Arcand, sur les ondes du 98,5 FM.

«Au moment du diagnostique je me disais «Pourquoi moi?», mais en fait, pourquoi pas? Y'a aucun symptôme, tu fais tes tests médicaux normaux et on réalise que ton PSA est élevé. Ben là, tu te dis que tu vas en prendre un autre deux mois plus tard et un autres trois mois plus tard. Tu passes de 6 à 9,9, oups! Là ils disent qu'Il y a un danger. On prendra pas de chance, tu vas aller passer une biopsie pis le résultat de la biopsie c'est Ron, t'as des cellules cancéreuses. «Hein? Arrête donc, pas moi!» Ben oui, ben oui, pis t'as le cancer de la prostate.»

«Du jour au lendemain, ta vie bascule un petit peu. Pas seulement la tienne, mais celle de Chantal mon épouse aussi, qui a été d'un support et d'une aide incroyable.»

En tant que personnalité publique, les réactions face à la maladie sont un peu différentes. Il faut se demander si l'on a envie de vivre notre maladie, notre épreuve, aux yeux de tous. Puis, Ron Fournier a dû se demander s'il souhaiter cesser de travailler durant les traitements du cancer.

«Les mois passent, les résultats viennent et tu passes à travers l'enfer un petit peu pendant six, huit mois. T'arrêtes pas de travailler parce tu dis que si tu arrêtes de travailler ça peut être difficile de rester à la maison pis juste faire de la radio, pis de la radio (...) faque tu te dis que tu vas continuer de travailler, tu travailles tout ça, et tu passes au travers. Mais quand tu passes à travers et que seize mois plus tard (le médecin) te dit: "tu sais tu quoi, peut-être qu'un jour tu vas rentrer dans mon bureau et mourir, mais pas du cancer de la prostate", tu te dis: "wow, ça c’est une bonne nouvelle!»

C'est après avoir longuement discuté avec sa femme qu'il a décidé de continuer de travailler. Il mentionne que son emploi le rend particulièrement heureux, il a du fun à faire son travail! 

Vous pouvez écouter l'entrevue complète juste en-dessous:

Partager sur Facebook
36 36 Partages

Source: 98,5 FM
Crédit Photo: Radio-Canada