Pascal Rollin est atteint d’un cancer du poumon incurable

Tous les détails à l'intérieur

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

C’est une terrible nouvelle que nous lisons dans le magazine « La semaine » ce matin. Le comédien Pascal Rollin, que l’on a pu voir récemment dans « Les pays d’en haut » a annoncé au magazine être atteint d’un cancer incurable. Il a ainsi décidé de donner sa toute dernière entrevue.

C’est une lecture assez poignante alors que Pascal Rollin est très réaliste et alerte de sa condition. Le comédien de 81 ans a reçu le magazine chez lui pour une toute dernière entrevue.

L’acteur explique qu’il a reçu son diagnostic il y a maintenant six mois. « J’avais été opéré aux intestins. Voyant que je n’allais pas mieux une fois de retour chez moi, mon docteur m’a fait passer des tests et un scanner. J’étais avec des amis quand il m’a appelé pour me dire que j’avais un cancer du poumon de stade 4 et qu’il était incurable. Sur le coup, je n’ai eu aucune réaction. Ce n’est qu’après que j’ai réalisé l’ampleur de la nouvelle, explique-t-il au magazine. Je ne sais pas combien de temps il me reste à vivre. J’ai l’impression que dans quelques mois, je ne serai plus là. Je n’ai pas peur de la fin […] plus on s’approche de la fin, moins elle nous fait peur. Mourir, ce n’est rien, c’est un passage. Je crois que je ne souffrirai pas. Là où je serai, ils feront tout pour que je sois le plus confortable possible. »

L’acteur affirme avoir pensé à l’aide médicale à mourir, mais aimant la vie et le beau temps de l’été, l’acteur a souhaité se donner un peu plus de temps. « J’aimerais mieux partir à l’automne. Je n’ai pas envie de m’en aller tout de suite »

Le comédien explique au magazine « La semaine » avoir de plus en plus à réaliser sa routine matinale qui consiste à prendre sa douche, s’habiller et déjeuner. Il est ainsi assez conscient qu’il devra se rendre dans une maison de soins palliatifs dans un futur très proche : « Je suis arrivé à cette étape. Même si cela signifie le début de la fin, je sais que j’y serai bien. Je suis en paix avec cette idée. J’ai hâte d’être au paradis. Je vous y garderai une place ».

Il confirme au magazine avoir eu une vie qui l’a énormément comblé et que peu de choses le retiennent ici. Il termine son entrevue en expliquant n’avoir aucun remords ou regret. Bonne chance pour cette difficile étape Monsieur Rollin. On pense fort à vous.

Pour lire cette entrevue poignante, nous vous invitons à lire le dernier numéro du magazine « La semaine » publié ce jeudi matin.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Semaine · Crédit Photo: Facebook