On sait maintenant pourquoi Denis Bernard a perdu un sourcil

Tous les détails à l'intérieur.

Monde de Stars
On sait maintenant pourquoi Denis Bernard a perdu un sourcil

Après avoir visionné le plus récent épisode des Moments parfaits mercredi dernier à TVA, de nombreux téléspectateurs n'avaient qu'une seule question sur les lèvres : Comment cela se fait-il que Denis Bernard a perdu tous ses cheveux ? Est-il malade ? Dans sa plus récente chronique publiée lundi matin dans La Presse, Hugo Dumas répond à cette question. 

Le comédien de 63 ans est apparu à l'écran avec un seul sourcil à gauche. L'épisode ne mentionnait pas comme quoi son personnage subissait un traitement médical ou qu'il était malade. Mais pourquoi donc n'avait-il qu'un seul sourcil dans explication ?

Selon Hugo Dumas, on verra le comédien arborer un look similaire dans les prochains épisodes. 

Le chroniqueur précise que Denis Bernard a souffert d'une pelade. Cela consiste en une perte rapide de poils et de cheveux. 

« Ce sont des choses qui arrivent beaucoup plus fréquemment qu’on ne l’imagine avant que cela nous afflige. Ce problème est assez courant et la santé de Denis est très bonne », a fait savoir l’agente de l’acteur, Eugénie Gaillard, à La Presse. 

Rappelons que Denis Bernard est également de la distribution de Chaos à TVA. À l'écran, il apparaît également chauve. Et selon Hugo Dumas, la chute de poils du comédien a compliqué les « raccords » entre les épisodes précédant sa chute de cheveux et ceux qui ont suivi. Et ce, autant sur le plateau de Chaos que des Moments parfaits. 

Plusieurs internautes se questionnaient déjà lorsqu'ils ont visionné les images de la première bande-annonce de la série mettant également en vedette Pascale Bussières. 

Photo : Capture d'écran - Facebook - TVA

On a maintenant la réponse ! Et non, ce n'est pas dû à une transformation pour se glisser dans la peau d'un personnage !

On ignore cependant à quoi exactement est due la pelade qu'a subie le comédien. Cela survient soit lorsque quelqu'un vit une période de stress, un choc émotif, ou encore souffre d'un virus. « Bref, ça pourrait tous nous arriver. Soyons indulgents et bienveillants », conclut Hugo Dumas.