On a finalement des nouvelles toutes fraîches d'Anick Lemay

Un texte bouleversant, encore une fois...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
2,589 2.6k Partages

La belle Anick Lemay émeut tout le Québec, depuis le mois de mars dernier, en racontant courageusement toutes les étapes à travers lesquelles elle passe depuis qu'elle a appris qu'elle était atteinte du cancer du sein. Sur le site Urbania, elle publie ponctuellement des chroniques où elle nous fait découvrir sa nouvelle vie, avec une plume à la fois drôle et tellement attachante. La comédienne se confie sans gêne et sans détour, sur le plus grand combat de sa vie.

Ça faisait plusieurs semaines qu'on n'avait pas eu de ses nouvelles, elle dont la dernière chronique sur le site d'Urbania remontait au 17 octobre. La dernière fois, elle racontait ses premières séances de «bronzage», la fameuse radiothérapie. Elle expliquait qu'elle avait dû s'adapter à la Cité de la Santé, elle qui s'était habituée à l'univers de l'hôpital Sacré-Coeur.

Mercredi, elle a publié un tout nouveau texte dans lequel elle raconte son début novembre qui - malgré le peu de lumière et les températures de plus en plus froides - lui donne le plus grand des sourires parce qu'elle a finalement vécu son tout dernier traitement de radiothérapie. Elle raconte les effets que le cancer et les traitements ont sur sur son corps. Elle raconte la gentillesse des gens autour d'elle et elle raconte, surtout, toute la liste des choses terribles qui lui sont arrivées depuis le fameux 5 mars derniers.

Voici quelques extraits de la très touchante chronique d'Anick Lemay publiée mercredi matin sur le site d'Urbania. 

«J’ouvre les yeux avant mon cadran. Mes draps neufs sont un peu rugueux sur ma peau trop toastée. Tu sais, comme après une journée passée à la mer, à faire du body surf jusqu’à en oublier que tu dois te crémer aux deux heures parce que l’eau saline mange la crème comme je mange du homard (avec gourmandise et délectation)? Ben c’est ça. Tu te ramasses avec un coup de soleil digne d’une exposition permanente au musée des grands brûlés.

La peau, quand elle brûle, elle pique. Signe qu’elle travaille en dessous pour se refaire. Comme un bobo sur le genou, tu te rappelles? Quand la gale pique, faut pas gratter. On se l’est assez fait dire par nos mères… Mais on gratte pareil (souvent en cachette) pis la gale tombe pis elle se refait pis ça repique pis tu regrattes pis ça retombe… Comme pour les peines d’amour, c’est long avant de comprendre et s’empêcher de gratter. Preuve : la plupart des êtres humains ont des cicatrices de bobos trop souvent grattés. On est tous pareils et si différents en même temps.»

[...]

«Depuis ce fameux 5 mars, ma vie tourne autour de la mort et de ma guérison. Depuis trois saisons, je me traite et on me maltraite de toutes les façons possibles pour venir à bout de ce crabe et le tenir loin de moi dans les années à venir.

Novembre nous fiche tous un peu la trouille. Surtout en vieillissant. On a peur de la dépression saisonnière, du manque de lumière, du froid qui s’installe. Souvent, en novembre, on a un petit vertige inconscient. Le besoin d’espace et la lumière se raréfient.

Mais pour moi, l’hiver qui approche, je l’attends depuis le printemps. Fait que je peux-tu te dire que le mois de novembre me fait le même effet qu’une brise chaude et sèche, le baiser mouillé de mon enfant et le spectacle des Perséides à Mégantic en même temps? Tout est une question de perspective.»

On vous invite d'ailleurs fortement à lire son texte en intégralité ici.

Depuis sa grande annonce, la comédienne reçoit un appui incroyable de la part de la communauté artistique, où elle compte de nombreux amis très proches, et aussi de la part du public québécois qui supporte Anick depuis les tout débuts de son combat contre le cancer. Voici d'ailleurs quelques commentaires laissés par des fans qui témoignent de tout leur amour envers Anick Lemay:

«Vous êtes très courageuse Belle Dame. Je souhaite que tous ces efforts déployés et toutes ces souffrances vous mènent à la guérison totale. Je vous admire Madame et vous envoie l'énergie qui, je l'espère, vous aidera à finalement surmonter cette épreuve. xoox»

«Bon courage Anick.Je partage votre douleur pour avoir souffert pendant 12 ans donc 17 mois très intense de douleurs insupportable.Mais je suis encore la et jamais je n'abandonnerai.»

«Garde confiance ma belle ne te laisse pas tomber tes forte belle intelligente et vrai .J.ai tres hâte de te revoir a la tv ...regarde en face de toi et que la lumière de la vie t' aide a voir positif....merci d' être la femme que tu es....a une comedienne que j' admire ...moi Jocelyne»

«Bravo je vous admire beaucoup autant comme comédienne que j'ai toujours trouvé incroyablement vraie dans ses rôles que comme écrivaine que l'on découvre capable de nous faire vivre avec elle de si douloureuses émotions, merci ma toujours aussi belle Anick xxx»

Avec sa plus bien à elle, Anick réussit une fois de plus à nous rassurer en démystifiant ce que c'est que d'avoir le cancer. Cette saleté de maladie nous touche tous de près ou de loin et nous guette. On pourrait tous passer par là un jour et c'est tellement rafraîchissant de voir une personnalité publique nous détailler toutes les étapes par lesquelles elle passe bien malgré elle, sans tabou, sans gêne. Pas pour nous rassurer ou nous épargner. Juste pour se vider le coeur, à la manière d'un journal intime.

Merci encore une fois, Anick! Et on t'envoie une fois de plus toutes les ondes positives possibles pour que la guérison se passe bien et que tu puisses retrouver ta vie de femme, de mère, d'amie, d'amante et ta vie de comédienne aussi. On s'ennuie de toi à la télévision et on a tellement hâte de te retrouver dans notre télévision. Oh que ça va être touchant, lorsque tu vas faire ta 1re apparition à la télé après toute cette triste aventure. On n'a aucun doute que tu te rendras là très vite. Lâche pas Anick. On t'aime!

Partager sur Facebook
2,589 2.6k Partages

Source: Urbania
Crédit Photo: Urbania