Normand D'Amour s'ouvre sur la façon dont il a vaincu ses problèmes d'agressivité

Il aurait pu en mourir...

Monde de Stars
Normand D'Amour s'ouvre sur la façon dont il a vaincu ses problèmes d'agressivité

C'est jeudi soir que Normand D'Amour s'est ouvert sur ses grands problèmes de gestion de la colère. Durant l'épisode des Échangistes, le comédien aborde le sujet de manière candide, suite au visionnement d'un extrait de la nouvelle série Demain, des hommes. Dans l'extrait, Normand joue le rôle d'un entraîneur de hockey donnant une leçon à ses joueurs dans le vestiaires. Il engueule ces derniers, leurs mentionnant leur manque de coeur au ventre, sur un ton très réprobateur. 

Manal Drissi, une des échangistes de la soirée, lui demande s'il serait comme le personnage qu'il joue, s'il entraînait une équipe. Normand D'Amour répond candidement que s'il n'avait pas réglé ses problèmes de colère, probablement. Il poursuit en racontant :«Il fallait que ça cesse ou j'serais mort. Ou j'aurais fait une crise cardiaque. Ou j'aurais accumulé deux, trois cancers, pour moi, je pense que je me suis sauvé la vie en faisant ça.» 

Il continue en se confiant sur la situation actuelle de son problème de gestion de la colère:«Pour moi y'a la moitié qui est partie et l'autre moitié je tire les rênes un peu, et c'est plus facile de tenir les rênes. Au lieu d'avoir 25 chevaux, j'en ai dix.»

Normand D'Amour dit qu'il a blessé beaucoup de gens à cause de la grande colère. Il s'est fait pardonner pour ce qu'il a fait. Cependant, il en porte encore de lourds regrets. Il mentionne d'ailleurs que son fils a été une des victimes. Malheureusement, ce dernier doit maintenant faire face au même type de trouble de gestion de la colère que son père.

Le comédien déclare que son cheminement a commencé lorsqu'il a assisté à la naissance de son fils. Il a réalisé que c'était un événement important; le genre qui mérite qu'on s'énerve et qu'on réagisse émotionnellement. Que la scène et la télé se devaient de devenir un jeu, sans énervement. Parallèlement, la peur engendrée par le fait d'être le support familial avec le vieillissement de ses parents agrémentait cette colère. 

À la mort de ces derniers, Normand D'Amour a laissé les valves s'ouvrir, il a pleuré et crié un bon coup. Puis, il a fait le pas le plus important vers une meilleure gestion de sa colère.

C'est une grande victoire pour le comédien affranchi!