Neuf femmes, dont Pénélope McQuade, accusent Gilbert Rozon d'agression sexuelle ou de harcèlement

Tous les détails ici...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
3,112 3.1k Partages

Après Éric Salvail, c'est au tour de Gilbert Rozon de se retrouver au coeur d'un scandale sexuel. Le Devoir et le 98,5 FM ont publié, mercredi soir, une enquête dans laquelle neuf femmes accusent Rozon d'agression sexuelle ou de harcèlement sexuel.

«L’animatrice Pénélope McQuade, la comédienne Salomé Corbo et la recherchiste Sophie Moreau, la réalisatrice Lyne Charlebois, l’entrepreneure Geneviève Allard, la recherchiste Anne-Marie Charrette ainsi que Marlène Bolduc ont accepté de témoigner à visage découvert. Deux autres femmes ont aussi contacté Le Devoir avec des témoignages similaires.»

Les gestes reprochés s'échelonnent sur trois décennies et ont été commis sur des femmes parfois mineures. 

Parmi elles, l'histoire de Salomé Corbo est particulièrement poignante. 

« J’avais accès aux gros partys de fin de festival. Lors d’un de ses gros partys, Gilbert, qui était très intoxiqué, m’a agrippée et a passé sa main près de mes culottes, et a réussi à mettre un doigt dans mon vagin. Je lui disais "J’ai 14 ans, j’ai 14 ans, je suis une jeune fille." Je parlais fort et j’espérais que les témoins autour réagissent, mais personne n’a réagi. Gilbert m’a lâchée et je suis partie », raconte la comédienne.

Du côté de Pénélope McQuade, l'incident serait survenu alors qu'elle était chroniqueuse à Salut Bonjour!

« Cette journée-là, j’étais avec ma fréquentation de l’époque. On était au Musée Juste pour rire, qui était le QG du festival. Je n’avais pas bu parce que je travaillais à 4h. Je suis allée à la salle de bain, c’était une toilette privée. Tout de suite après moi, je sens quelqu’un qui rentre. Je vois la lumière se fermer et j’entends la porte se barrer. Et quelqu’un que j’ai aperçu était Gilbert Rozon », raconte-t-elle.

« Il s’est jeté sur moi. J’ai complètement figé. Lui aussi d’ailleurs. »

« Je me rappelle mes phrases qui résonnaient dans mon oreille, “Gilbert non, Gilbert non”. Ça s'est pas rendu plus loin. J’ai réussi à ressortir et j’ai dit à ma fréquentation qu’on devait partir », se souvient-elle.

Réaction de Rozon

Quelques heures avant la publication de l'article, Gilbert Rozon a annoncé sur sa page Facebook qu'il démissionnait de tous ses postes.

«Déclaration officielle

J’annonce que je quitte dès maintenant mes fonctions de Président du Groupe Juste pour rire, de Commissaire aux célébrations du 375e de Montréal ainsi qu’en tant que Vice-Président de la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain.

Je me retire par respect pour les employés et les familles qui travaillent pour ces organisations ainsi que tous nos partenaires. Je ne veux surtout pas leur porter ombrage.

Ébranlé par les allégations me concernant, je souhaite consacrer tout mon temps à faire le point.

À toutes celles et ceux que j’ai pu offenser au cours de ma vie, j’en suis sincèrement désolé.»

Mercredi soir, le SPVM a également confirmé qu'une plainte d'agression sexuelle concernant Gilbert Rozon était en cours.

Partager sur Facebook
3,112 3.1k Partages

Source: Le Devoir · Crédit Photo: Facebook