Neil Patrick Harris et son mari se déguisent en jumelles Olsen pour l'Halloween et c'est juste parfait

Des images à couper le souffle.

Monde de Stars
Neil Patrick Harris et son mari se déguisent en jumelles Olsen pour l'Halloween et c'est juste parfait

Alors que la fête d'Halloween bat son plein, de nombreuses célébrités se sont encore une fois prêté au jeu cette année comme l'illustre Neil Patrick Harris et son mari qui ont décidé de se déguiser en jumelles Olsen.

C'est BuzzFeed qui rapporte cette nouvelle qui va sans doute en faire sourire un grand nombre d'entre vous. En effet, l'acteur Neil Patrick Harris et son mari David Burkta ont décidé de se rendre à la fête d'Halloween d'Heidi Klum et forcément ils se devaient de trouver un déguisement qui fasse de l'effet aux autres invités. Ils ont donc eu l'idée audacieuse de se déguiser en Mary-Kate et Ashley Olsen, sans doute les jumelles les plus célèbres des débuts des années 2000. On vous laisse regarder ce que ça donne ci-dessous même si l’on n'est pas tant convaincu par le résultat final.

Alors, qu'est ce que vous en pensez ? Difficile de vraiment remarquer une ressemblance entre les jumelles Olsen et Neil Patrick Harris et son mari David Burkta. On peut tout de même souligner les efforts qu'ils ont faits en termes de déguisement. 

Ils sont vraiment allés au bout des choses. On imagine que cela a tout de même du faire un sacré effet aux autres invités de cette fête. Il faut dire qu'il fallait oser. En espérant que Mary-Kate et Ashley Olsen n'ont pas trop mal pris ce déguisement.

Wikipédia rappelle que «les noms de Mary-Kate et Ashley Olsen ont toujours été associé puisqu'elles ont tourné de nombreux films et série ensemble. Elles sont principalement connues pour avoir joué le rôle de Michelle Tanner qu'elles se partageaient dans la sitcom «La Fête à la maison» entre 1987 et 1995. En 2007, elles sont classées par le magazine Forbes parmi les femmes les plus riches dans l’industrie du divertissement, avec une fortune évaluée à environ 150 millions de dollars».