Michel Brûlé lui aussi au coeur d'un scandale sexuel

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
321 321 Partages

Une nouvelle enquête vient d'être dévoilée par le Journal de Montréal

L'éditeur, fondateur de la maison d'édition Les Intouchables et candidat à la marie du Plateau à Montréal aurait fait preuve de nombreuses inconduites sexuelles envers ses employés. 

Selon les témoignages de sept femmes et un homme, il leur montrait régulièrement des photos de son pénis. Il parlait, selon une femme, «beaucoup, beaucoup, beaucoup de sexe», se vantait de ses aventures sexuelles avec des prostituées. Il essayait constamment de les embrasser.

«Il était plus grand que moi, et il se penchait. Je répétais : “Non, non, voyons, qu’est-ce que tu fais ?” en bougeant la tête. Lui, il suivait mes mouvements pour essayer de m’embrasser. Et il riait», raconte Sara-Emmanuelle Duchesne qui avait obtenu un contrat à la pige avec lui. «Je pensais : “Bien voyons ! Ça peut pas m’arriver à moi, en plein jour, comme ça devant deux personnes. Comment ça se fait qu’elles font rien ?” et pendant ce temps-là, je continuais à dire non.»

Une autre femme témoigne: Elle a travaillé pour lui alors qu'elle était encore dans sa vingtaine, en 2005-2006, raconte: «Je l’ai repoussé plusieurs fois, mais il recommençait plus tard. Il faisait passer ça pour de l’humour. Il était comme le dieu de la place. C’était un powertrip solide», explique-t-elle au Journal de Montréal. 

Ce n'est pas tout. Un jour, Michel Brûlé lui a demandé de passer chez lui pour qu'il puisse signer des chèques: «Quand je suis arrivée, il était dans sa cuisine et vidait son lave-vaisselle, complètement nu. J’ai laissé les papiers sur le comptoir et je suis partie. Lui, il riait». 

Encore une fois après une partie du Canadien de Montréal. Elle avait invité son amie pour éviter ses avances, ça ne l'a pas freiné pour autant: «Il a essayé de m’embrasser devant elle, mais je l’ai repoussé». 

La femme a choisi de rester anonyme puisqu'elle oeuvre encore dans le milieu de l'édition.

Un homme a lui aussi témoigné, concernant une année de travail pour Michel Brûlé dans les année 2000. L'employé aurait rapidement démissionner, fatigué de ses comportements déplacés. «Il avait des photos de son pénis qu’il montrait régulièrement. Il racontait ses trips de cul. C’était monnaie courante. Je suis un des rares qui ont décidé de partir par eux-mêmes».

Apparemment, ce n'était pas rare que Michel Brûlé tentait d'embrasser des employés de froce:

«C’est arrivé tellement de fois. T’avais beau lui dire que ça ne se faisait pas, il recommençait avec une autre personne et parfois avec la même personne», dit-il. «Il lançait des commentaires très crus, comme : “Hey, veux-tu coucher avec moi ? Viens, on va chez nous, on va aller fourrer”. Ce n’était même pas subtil. Le climat était désagréable et malaisant».

Michel Brûlé a répondu aux allégations portées contre lui: 

«Il y avait du monde autour, c’était juste pour rigoler et on en riait [...] C’était pas comme si je l’avais prise dans un coin», dit-il au TVA Nouvelles. «On s’est embrassés, c’est tout. C’est sûr que si tu fais l’amour avec quelqu’un, ça prend un consentement total. Embrasser, t’embrasse pis si la personne elle dit non, bah elle dit non. [..] Je ne lui ai pas mis la main autour de la gorge».

Partager sur Facebook
321 321 Partages

Source: Journal de Montréal
Crédit Photo: Facebook de Michel Brûlé