Med Hondo, la voix française d'Eddie Murphy, s'éteint à 82 ans

Un géant du doublage s'éteint

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
180 180 Partages

Même si le nom de Med Hondo ne sonne aucune cloche pour vous, nous pouvons vous garantir que vous l'avez déjà entendu dans votre vie et probablement plus d'une fois. Le réalisateur et comédien français d'origine mauritanienne a connu la gloire en France et au Québec grâce à son grand talent pour le doublage. 

C'est lui qui a fait la voix d'Eddie Murphy tout au long de sa carrière. Vous l'avez donc peut-être entendu dans Flics à Beverly Hills, Nigaud de professeur ou bien en tant que l'âne dans Shrek. Il faisait également la voix française de Morgan Freeman et s'était glissé dans la peau du personnage de Rafiki dans le classique de Disney, Le Roi Lion

Le Huffington Post rapporte que l'acteur est décédé samedi à Paris, au vénérable âge de 82 ans. Son décès survient alors que vient tout juste de se terminer le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), qui l'avait récompensé en 1987. 

Né en 1936 en Mauritanie, l'homme arrive en France en 1950 et exerce plusieurs métiers (docker, cuisinier) avant de se lancer dans le cinéma. Au fil du temps, il deviendra une figure de proue du cinéma africain, avec des thèmes qui lui étaient chers comme l'anticolonialisme et le goût de la rébellion. 

Son premier film Soleil Ô, sorti en 1969, est «une attaque cinglante contre le colonialisme», selon le Festival de Cannes qui l'a présenté il y a deux ans dans sa section réservée aux reprises de classiques. Le film a bénéficié d'un programme de restauration via la World Film Foundation de Martin Scorsese, afin de défendre le cinéma africain.

Au sujet du métier de doubleur, il a toujours insisté pour dire que c'était un vrai métier d'acteur. "Quand on double il faut regarder l'acteur dans les yeux", disait-il de sa voix douce masquant un physique à la Orson Welles. Il estimait que le doublage "est un métier d'acteur". 

Il incarnait ses personnages avec tant de vigueur qu'il lui arrivait même de perdre du poids, seulement en doublant des voix. « Murphy a une énergie absolument incroyable [...] Le décalage et la passion que Murphy crée...Je transpire quelques fois pour faire un film, je perds un kilo, 500 grammes, parce qu'il faut rentrer dedans, il faut lui donner la voix.»

Partager sur Facebook
180 180 Partages

Source: Huffington Post
Crédit Photo: Facebook