Mario Dumont critique très sévèrement ses collègues

L'animateur ne s'est pas gêné du tout...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,678 1.7k Partages

La confiance du public envers les grands médias est un sujet qui retient particulièrement l'attention depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis en 2016. Alors que ce dernier continue d'alimenter sa hargne envers les médias, et vice-versa, de notre côté de la frontière, Mario Dumont s'est permis des critiques envers ses collègues des médias américains, dans sa plus récente chronique au Journal de Montréal...

Mario Dumont ne mâche pas ses mots, selon lui, les grands médias et ses journalistes sont complètement déconnectés du "vrai monde" et de leurs préoccupations. 

"Si j’avançais l’hypothèse que des journalistes bien confortablement installés en milieu urbain à New York ou à Washington se sont installés dans le confort de leurs certitudes. Si j’avançais qu’ils se sont pris eux-mêmes au jeu de donner des leçons aux citoyens de toutes les régions du pays sur les bonnes façons de penser dans les cafés branchés.

Si j’avançais qu’ils ne savent même plus ce que vivent des milliers de citoyens de leur pays pour qui la vie est dure. Coupés radicalement de leur base.

Ce qui est fascinant, c’est qu’après quelques années, aucune introspection ne soit amorcée. Ils sont certains d’avoir raison, victimes d’un monde défectueux.

Ils ne se rendent même pas compte que Trump va passer... et leur problème va rester."-Mario Dumont, Journal de Montréal

Selon l'ancien chef de l'ADQ et tête d'affiche des stations de Québecor, la situation actuelle est tout simplement critique.

"Les médias américains doivent se mettre les yeux devant les trous. Une proportion inimaginable de la population ne les croit plus. Même lorsqu’ils rapportent professionnellement et rigoureusement les faits, le public se méfie ou part à rire. Fake news. Des nouvelles inventées ou arrangées pour essayer de manipuler le peuple. Voilà ce que tant de gens voient.

Les médias jouent aux victimes. Ils sont victimes du gros démagogue Donald Trump. Ils sont victimes de la montée du populisme dans le monde. À la limite, ils sont victimes de devoir s’adresser à un peuple de sombres ignares. La même réaction qu’un restaurant en faillite qui accuserait les papilles gustatives défectueuses de tous ses clients potentiels."-Mario Dumont, Journal de Montréal

En tout cas, une chose est certaine, s'il y a bien un homme médiatique qui est proche de M. et Mme. Tout-le-monde, c'est bien Mario Dumont... des propos qui choquent, mais qui sont partagés par plusieurs!

Partager sur Facebook
1,678 1.7k Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Facebook