Marina Orsini pousse un coup de gueule contre Netflix à Deux hommes en or

Tous les détails ici

Monde de Stars

Nous avons pu découvrir l'arrivée des Filles de Caleb sur Netflix cet automne. En effet, la plateforme hébergeait maintenant la série culte québécoise.

Dans un épisode maintenant considéré comme étant controversé, on retrouve des élèves d'une école de rang qui recréent la scène de la Nativité lors d'un spectacle devant le petit village de la série. On y retrouve l'un des personnages principaux, Ovila Provonost (Roy Dupuis) qui a peint son visage en noir avec de la cire, pour jouer le rôle d'une personne noire. On pouvait observer cette pratique, nommée «blackface», couramment lors du 19ème siècle, époque où la série se situe.

Netflix a décidé de supprimer l'épisode de la plateforme et ainsi le rendre inaccessible pour les téléspectateurs.

Lors de son passage à Deux hommes en or, Marina Orsini s'est exprimée sur la censure de la part du géant du streaming. Elle avait précédemment expliqué qu'elle trouvait que c'était intense de supprimer l'épisode.

Elle a néanmoins assumé sa position jusqu'au bout et a même été encore plus directe:

«C'est comme un peu inacceptable en fait. Parce que ça relate l'histoire, c'était ça l'histoire.  Puis tsé à la fin du 20ème siècle à Sainte-Tite ou à Saint-Stanislas il n'y avait pas de personne de couleur noire pour jouer Balthazar.»

Ainsi, elle trouve que c'est inacceptable de la part de Netflix de supprimer l'épisode, car il ne faisait que présenter les situations de la vie quotidienne de l'époque.

«Au contraire, je trouve que c'est quand même un bel hommage de ne jamais oublier que ces trois rois mages venaient de différentes cultures de différents pays à travers le monde.

Ainsi, elle ne voit pas du tout en quoi c'est problématique dans la diffusion de cet épisode.

«De ce que j'ai compris c'est que sur Netflix il parait que tout le monde est censuré. C'est une règle. Il n'y a pas de cas par cas.»

Elle déplore donc profondément les actions de Netflix et critique sa politique concernant la censure d'évènements controversés dans des séries et des films.

«Par contre ce que j'apprécie, c'est du côté de Radio-Canada sur Tou.tv. À cause du contexte et d'où on est rendu dans la société, et bien ils mettent un carton d'avertissement pour expliquer l'époque et le contexte.»

Elle salue donc la position de Tou.tv, qui décide de contextualiser les choses au lieu de censurer.