Louis Morissette a failli intervenir sur scène pendant le coup d'éclat de Guillaume Lemay-Thivierge aux Gémeaux

Tous les détails ici

Monde de Stars

Le coup d'éclat de Guillaume Lemay-Thivierge continue de faire jaser, mercredi, trois jours après le 37e Gala des Prix Gémeaux qui a été présenté dimanche soir. Louis Morissette était en entrevue sur les ondes du 98,5 FM dans l'émission Le Québec maintenant, animée par Patrick Lagacé, et il est revenu sur l'événement, lui qui a vécu le tout de très près.

D'abord, on le sait, Louis Morissette est le mari de Véronique Cloutier qui était l'animatrice du gala et qui s'est fait couper la parole de façon imprévue par Lemay-Thivierge. Mais en plus, il a été la cible d'une blague qui avait tous les airs d'un règlement de compte.

Rappelons les faits: dans une tirade pas particulièrement claire ni éloquente, l'animateur de Chanteurs Masqués a déclaré: 

« C'est pas parce qu'un acteur ou une actrice braille que c'est le rôle de composition de sa vie. Calmez-vous là-dessus non c'est vrai. Je vais donner un exemple facile. On prend par exemple Louis Morissette.

Tu vois Louis Morissette qui braille parce qu'il a des enfants, il a une cabane, grosse et il a des problèmes de riche, c'est pas un rôle de composition. Par contre, si on voit Guy A. Lepage qui est gentil, respectueux, humble... Ah, là par exemple. Voyez-vous? ».

Au sujet de la blague, Louis Morissette n'a pas paru particulièrement impressionné.

« Je m'en sacre complètement de ce qu'il a pu dire. Premièrement, j'ai réécouté après parce que je n'avais pas trop compris où est-ce qu'il s'en allait avec ses skis, comme ben du monde, mais ça ne m'a pas choqué deux secondes. Pour être ben honnête, une fois tout ça fini, j'avais de la peine pour sa blonde, son ex-femme, ses enfants, en me disant si un gars est capable de faire ça publiquement, imaginez comment il est dans le privé, ça doit être dégueulasse. »

Dans l'entrevue, on a appris que Guillaume Lemay-Thivierge avait laissé entendre avant le gala qu'il comptait prendre la parole.

« Il nous avait juste lancé une pointe comme quoi il voulait monter et aller parler. On ne savait pas jusqu'à quel point il était sérieux ou pas, on ne savait pas où il se situait parce qu'il était confus même dans cette explication-là avant le débat. C'est sûr que si ça avait déstabilisé Véro j'aurais peut-être été plus choqué, mais comme j'ai vu que elle ça ne lui faisait rien...

Tout le long quand lui parlait moi on ne voyait pas parce que j'étais en coulisses et j'avais comme un pied sur scène, prêt à y aller, faire quasiment la blague de tu t'attaques pas à ma femme. »

Questionné par MC Gilles à savoir pourquoi Guillaume Lemay-Thivierge lui en voulait, Louis Morissette a répondu:

« J'ai fait un gag de Medicago à Tout le monde en parle, lors de la promo de Au revoir le bonheur sur sa non-vaccination et il ne l'a pas pris. Je suis très à l'aise avec ça et le gag était somme toute anodin. Je n'ai pas vraiment d'agressivité ou de frustration particulière. Ça me faisait vraiment un peu plus pitié qu'autre chose. »

C'était dégueulasse et un manque de respect ce qu'a fait Guillaume. Véro était un peu choquée, elle a trouvé qu'il avait un manque de classe et elle ne veut plus lui parler, mettons. On va dire ça de même. Mais on est passé à autre chose assez rapidement. »

Si vous ne l'avez toujours pas vu, voici la séquence en question:

Et voici l'entrevue que Louis Morissette a accordée au 98,5 FM, mercredi après-midi:

Dès dimanche soir, Louis Morissette avait confirmé sur Twitter que le coup d'éclat de Guillaume Lemay-Thivierge n'était pas prévu.

Guy A. Lepage répond également

L'autre cible de Guillaume Lemay-Thivierge, dimanche soir dernier, a également commenté l'affaire. 

L'animateur de Tout le monde en parle a été invité à l'émission Le Québec maintenant, sur les ondes du 98,5 FM, lundi, et il est revenu sur les propos à son endroit.

« Je n'ai pas compris sur le coup, mais on s'est parlé Guillaume et moi après le gala. J'ai compris, je vais vous résumer succinctement, parce que c'est lui qui devrait répondre à ça en public. 

Il n'était pas content du fait que je l'avais invité à Tout le monde en parle et quand il était intervenu longuement en direct pendant une entrevue d'Éric Duhaime, j'ai dit le lendemain que si on avait été en montage, cette partie-là je l'aurais enlevée.

Ça l'avait fâché et Louis Morissette est impliqué dans un autre gag. Bref, il était fâché après nous. Mais ça, honnêtement, ça lui appartient. Vous lui demanderez à lui pourquoi il a dit ça. Moi, ce qui m'a un peu surpris, parce que j'ai souvent animé des galas, c'est que la tribune c'est un privilège et aller hijacker un gala où tu n'es pas supposé être, ça c'est l'affaire comme téléspectateur ou personne du milieu ou animateur de gala, c'est plus ça qui m'a énervé. 

Ce qu'il a dit...moi j'appelle ça un mercredi pour moi. »

De son côté, Véronique Cloutier a confirmé que la séquence avait été improvisée et que le coup d'éclat de Guillaume Lemay-Thivierge n'était absolument pas prévu.

« Si ça avait été arrangé, ça aurait plus court et ça aurait été soit drôle, soit pertinent, soit touchant », a-t-elle déclaré, provoquant les rires dans le studio.

« Je comprends l'appel à la nation, tout ça c'est ben noble et c'est ben correct. C'est juste que...nous autres on travaille sur un gala pendant cinq mois donc c'est sûr que ça déstabilise un peu... En fait je n'étais pas déstabilisée, mais ça f*ck mon timing, en bon québécois.

Je veux juste confirmer que ce n'était pas prévu et je l'ai laissé parler parce que je considère qu'on a le droit de s'exprimer, mais à un moment donné ça commençait à être un petit peu long donc on a un peu mis fin à ça. Je préférais être élégante et le laisser s'exprimer. Je pense qu'il a senti qu'il fallait qu'il quitte.

Je me suis assise pendant qu'il parlait et ensuite je me suis relevée debout pour faire signe qu'il fallait que j'enchaîne parce qu'il me restait d'autres choses. Ce n'était pas terminé.

Voilà, je veux juste vraiment vraiment que ça soit clair, ce n'était pas prévu. Je vois toutes sortes d'affaires qui disent que c'était prévu d'avance, mais non... »