Le rappeur controversé Enima est recherché par la police pour un crime grave

Son arrestation risque d'être compliquée...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le rappeur « Enima », qui avait semé la controverse récemment en raison de sa participation à un festival montréalais pendant lequel il avait pris la pose avec Ludivine Redding, est recherché pour avoir tiré sur un homme, le 16 juin dernier, à Toronto. 

Mais son arrestation risque d'attendre puisque le controversé rappeur est en Algérie, son pays d'origine.

Âgé de 26 ans, il est recherché par la police de Toronto pour voies de fait graves, pour possession d’armes à feu et pour une infraction liée aux armes à feu. 

« Il a été impliqué dans une altercation avec un autre homme sur qui il a tiré, rapporte la police de Toronto à Radio-Canada. Les blessures étaient graves, mais ne menacent finalement pas la vie de l’individu. »

Stéphane Handfield, l'avocat du rappeur, n'avait aucune idée que son protégé se trouvait en Algérie. Mais il refuse de sauter trop vite aux conclusions...

« Il faut attendre de voir la fin du processus. C'est un mandat d'arrestation. Combien de fois les accusations ne sont finalement jamais portées? »- Stéphane Handfield, avocat d'Enima

Comme il n’y a pas de traité d’extradition entre le Canada et l’Algérie, l'Algérie n’est pas tenue de livrer le fugitif aux autorités canadiennes.

Enima, de son vrai nom Samir Slimani, est reconnu pour ses textes qui font l'apologie du monde criminel, dont le proxénétisme et le trafic de drogue.

« Durant son adolescence, le défendeur est reconnu coupable de plusieurs infractions criminelles, pour lesquelles il écope de diverses peines de détention sous surveillance dans la collectivité, écrit la juge Sylvie Roussel dans une décision rendue en janvier dernier. À l'âge adulte, il continue d'accumuler les condamnations criminelles. »

Samir Slimani n'a jamais réussi à obtenir la citoyenneté canadienne depuis son arrivée au pays il y a près de 15 ans, surtout en raison de sa propension à la criminalité. Ces accusations pourraient bien signifier la mort de ses chances d'obtenir la citoyenneté.

« Si M. Slimani était reconnu coupable, son sursis serait mis en péril, rapporte son avocat. Ce serait pratiquement un automatisme. » 

En 2017, il avait été accusé de voies de fait, traite de personne et proxénétisme. Ces accusations ont depuis été retirées.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Facebook