Le frère de Marie-Soleil Tougas ne savait même pas qu'elle fréquentait Jean-Claude Lauzon

Il l'a appris en même temps que tout le monde.

Monde de Stars

Après la mort tragique de Marie-Soleil Tougas et de Jean-Claude Rozon en 1997, un documentaire relatant leur histoire est maintenant disponible sur la plateforme VRAI. On y apprend de nombreuses choses sur la tragédie, et, notamment, que le frère de Marie-Soleil Tougas, Sébastien, ignorait tout de sa relation avec Jean-Claude Lauzon. 

Sébastien Tougas s'est confié dans un échange virtuel avec l'équipe de production, dont les détails sont rapportés par le site web Showbizz.net.

Ainsi, il dit qu'il ne connaissait pas Jean-Claude Lauzon, même si sa soeur le fréquentait. 

« Je ne l'avais jamais rencontré. J'en avais entendu parlé évidemment, parce que mon père avait déjà travaillé avec, pour des publicités. Donc, j'avais entendu parler du personnage, mais je ne le connaissais pas. Je suis donc content d'avoir vu une partie de la vie de l'homme qui était dans la vie de ma soeur. Dur pour moi de savoir à quel point c'était une bonne personne ou pas, on en entend de belles choses... Mais, je crois que c'était un portrait juste parce qu'il n'y avait pas que du beau, il y avait aussi son côté plus "difficile", que je pourrais dire en un seul mot. Ce que je ne peux pas remettre en question, c'est les décisions de ma soeur, c'était une personne intelligente, posée. [...] Si ma soeur l'a choisi, c'était assurément une bonne personne », a-t-il raconté. 

Sébastien Tougas a aussi vécu des moments difficiles en visionnant le documentaire.

« En regardant le documentaire, je me suis replongé dans plein de souvenirs, évidemment, parce que je n'ai jamais re-regardé les funérailles et ces choses-là. J'évitais de regarder les reportages dans la semaine qui a suivi son décès. Mais, de voir certaines images comme par exemple le sac [contenant son corps] qui sort de l'avion et qui est transporté... ça, je dois avouer que c'était... oh boy ! C'était rough, mais, en même temps, je sais que c'est ça la réalité », dit-il.