Le Doc Mailloux est la cible de graves accusations...

Toute l'histoire ici...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
269 269 Partages

"Le Doc Mailloux n'est pas dans le camp des victimes mais bien dans celui des violeurs"... C'est du moins ce que clame un groupe de citoyens critiques des radios parlées de Québec, suite à des commentaires faits par le Doc en ondes, qui a fortement critiqué la campagne "Sans oui, c'est non".

Encore une controverse pour Pierre Mailloux! 

Selon le Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) en Estrie, une récente entrevue accordée par le Doc Mailloux au 107,7FM «est agrémentée de propos discriminants et sexistes sur les femmes du Québec. Ce type d'entrevue vient encore une fois banaliser les violences sexuelles et discréditer les nombreux efforts pour y remédier».

Pendant cette entrevue, le Doc avait fortement critiqué la campagne "sans oui, c'est non", prétextant qu'elle insinuait que le consentement à une relation sexuelle doit être donné verbalement, ce que réfute les principaux intéressés qui exigent des excuses de la part du Doc... excuses qui ne viendront pas, selon le 107,7.

« Nous sommes une radio parlée et notre rôle est de commenter les nouvelles. D'aucune façon les gens du 107,7 vont banaliser les agressions sexuelles! Dans ce cas-ci, c'est une question d'interprétation. Nous, on ne partage pas la lecture que fait l'organisme du commentaire de Doc Mailloux et de Steve Roy », explique Jocelyn Proulx au journal La Tribune.

Le Doc, quant à lui, persiste et signe:

« Le logo de Sans oui, c'est non, réfère à une insertion verbale, il laisse entendre que les partenaires doivent utiliser le mot oui pour signifier leur consentement sexuel, ce qui n'a pas de sens. Après ça, ils viennent me dire que le consentement n'est pas seulement quelque chose de verbal... Ben branchez-vous et clarifiez donc votre logo! »

Ah, celui-là... il ne cessera donc jamais de semer la controverse!

Partager sur Facebook
269 269 Partages

Source: La Tribune
Crédit Photo: Alchetron