Laurence Jalbert dévoile avoir été atteinte du cancer des ovaires et qu'elle a été opérée

On pense à toi, Laurence..!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Laurence Jalbert a souligné un moment de sa vie, le 18 août dernier, elle qui a soufflé ses 60 bougies. Et la chanteuse ne semble pas avoir envie d'arrêter, elle qui présente ces jours-ci son 12 album en carrière, Au pays de Nana Mouskouri, sur lequel elle revisite l'oeuvre de celle qui a été son idole de jeunesse. Le début de la soixantaine est également synonyme de transparence pour l'auteure-compositrice-interprète, elle qui a révélé pour la toute première fois, au cours des derniers jours, qu'elle avait dû affronter le cancer.

C'est dans une entrevue donnée au Journal de Montréal que la chanteuse a avoué avoir affronté cette épreuve mais elle assure qu'elle est aujourd'hui complètement guérie. C'est d'ailleurs parce qu'elle voulait attendre que ce mauvais souvenir soit derrière elle qu'elle n'avait rien révélé auparavant. 

« C’est sûr que, quand on voit quelqu’un qui s’en est sorti pendant qu’on est dedans, ça nous donne de l’espoir, a-t-elle affirmé en entrevue au Journal de Montréal. Et on a trop besoin de ça ! Maintenant, je veux donner de l’espoir pour ceux qui sont dedans, et je peux le faire, parce que je n’ai plus aucune trace de rien. »

Elle avoue également que son médecin lui a littéralement sauvé la vie en la convainquant qu'elle devait se soumettre le plus rapidement possible à une opération pour le cancer des ovaires dont elle était atteinte. 

Mais aujourd'hui, elle peut fièrement regarder en avant et elle s'est déjà remise à faire ce qu'elle aime le plus au monde: chanter. Dans son nouvel album intitulé Au pays de Nana Mouskouri, la Gaspésienne nous fait redécouvrir l'univers de celle qui a été une idole et une inspiration pour elle. L'album comporte 13 chansons, dont des collaborations avec Mario Pelchat et une autre avec Paul Daraîche. 

Mais aujourd'hui, Laurence Jalbert sourit à la vie. « Tu devrais me voir le matin, dans ma cour, sur mon balcon, raconte-t-elle toujours en entrevue avec Le Journal de Montréal. Des fois, je me dis que les voisins vont se plaindre ! Les grosses culottes de pyjama, le chandail tout croche, avec les taches de dentifrice dessus... Je ne suis pas parfaite, je n’irai pas montrer une image parfaite. J’ai 60 ans et je vis très bien avec ça. J’ai cet âge, j’ai ce vécu. Je ne reculerais pas de cinq minutes ! »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Montréal
Crédit Photo: Facebook Laurence Jalbert