Le nouveau Fardoche de Passe-Partout répond finalement aux commentaires racistes

Il réagit finalement

Monde de Stars

Le comédien Widemir Normil s'est retrouvé bien malgré lui au coeur d'une « controverse », au cours des derniers jours, alors qu'il a été victime de commentaires racistes en raison de son rôle de Fardoche, dans la nouvelle mouture de Passe-Partout. Certains téléspectateurs se sont offusqués quant au fait qu'un acteur d'origine haïtienne joue le rôle de Fardoche, initialement incarné par Pierre Dufresne.

Si certains retiennent les commentaires déplacés, Widemir Normil se concentre surtout sur tout le positif qui est sorti de cette malheureuse situation. En entrevue avec le Huffington Post Québec, le comédien de 56 ans a affirmé:

«J'ai 36 ans de métier; je suis téflon par rapport à cela, mais totalement. Ce que je trouve extraordinaire par contre, c'est le fait que les gens m'ont écrit et sont venus me voir pour me dire : ''On vous aime'', alors que je n'étais pas au courant de cette controverse. Ce sont les gens sur place, au Mexique, qui m'en ont parlé et qui venaient me dire que ce qui avait été écrit n'était pas correct.

En l'espace de 10 jours, il y a des acteurs connus qui m'ont écrit et téléphoné pour me dire que je faisais du bon travail. J'ignore même comment ils ont fait pour trouver mon adresse courriel. De purs inconnus, des hommes et des femmes qui m'ont écrit pour me dire : Ce racisme-là n'est pas correct, les Québécois forment un peuple ouvert et sensible... Je trouve cela extraordinaire.

Je n'ai même pas besoin de me défendre, poursuit-il, car il n'y a rien à défendre. Les gens le font à ma place. La représentativité ethnique a toujours été mon drapeau; je suis d'origine haïtienne, je ne peux pas faire semblant. Ma mère a beau me dire qu'il y a plus de sirop d'érable qui coule dans mes veines que de canne à sucre, je reste Noir et je suis quand même natif de Port-au-Prince. Je trouve extraordinaire que les gens me défendent de la sorte.

Après 36 ans à faire ce métier, je suis habitué à la critique. Que les gens n'aiment pas ce que je fais, c'est bien correct. C'est la vie. Ma mère m'a toujours fait comprendre qu'il y a 50% des gens qui t'aiment et 50% qui ne t'aimeront pas, donc, vas-y, rêve et réalise tes rêves à toi! Ce que je fais maintenant, c'est simplement dire merci et prendre tout cela. »

À LIRE | Passe-Partout: le nouveau Fardoche est la cible de commentaires racistes