La fin est proche pour Michaëlle Jean

Ça sent la fin...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
553 553 Partages

Le gouvernement du Canada et le gouvernement élu du Québec se rallieront au consensus qui se dessine derrière la rivale de Michaëlle Jean, la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, au Sommet de la Francophonie.

Ce jeudi, le couperet est tombé. 

«Nous saluons le travail de Mme Jean à la tête de la Francophonie, notamment en ce qui a trait à l'éducation des filles et l'émancipation des femmes. Pour ce qui est du poste de Secrétaire général, le Canada est prêt à se rallier au consensus, comme le veut la façon de faire en Francophonie», a indiqué le porte-parole de Mélanie Joly, Jeremy Ghio, par courriel.

Selon ce qu'ont indiqué des sources proches du dossier à Radio-Canada, cela signifie concrètement qu'Ottawa retire son appui à Michaëlle Jean.

Ces sources soutiennent que le Canada a fait son analyse de la situation et a conclu que Mme Jean n’était pas en mesure de rallier suffisamment de membres.

« On ne voit pas comment elle pourra gagner. On voit se dessiner une confrontation. »

«Nous voulons que le Sommet soit l’occasion de discuter des priorités des chefs d’État et de gouvernement pour les prochaines années. Nous allons continuer de promouvoir le fait français, les valeurs de démocratie et de droits de la personne, et la croissance économique qui profite au plus grand nombre au sein de l'Organisation et ailleurs sur la scène internationale», a ajouté M. Ghio.

Quelques minutes après la publication de la nouvelle, le premier ministre désigné du Québec, François Legault, a émis un gazouillis indiquant que le Québec, autre ancien appui de taille de Mme Jean, se rallierait également derrière sa rivale rwandaise Louise Mushikiwabo.

«L’Afrique recèle de potentiels énormes, tant pour notre économie, que pour l’avenir de la langue française. C’est pourquoi j’ai l’intention d’appuyer une candidature provenant de ce continent», a indiqué François Legault via communiqué.

Ce positionnement fait en sorte de laisser le champ libre à l'adversaire de Michaëlle Jean, Louise Mushikiwabo, qui avait déjà eu l’appui de la France et de l’Union africaine. Traditionnellement, le secrétaire général a été désigné par un consensus des membres, et non par un vote.

La ministre Mushikiwabo a d'ailleurs elle-même réagi sur Twitter à la sortie de François Legault sur le réseau social. « Le soutien de la CAQ à la candidature africaine est hautement apprécié; il est l'illustration de la solidarité positive dans l'espace francophone! », a-t-elle écrit.

Les dépenses de Michaëlle Jean ont passablement terni sa réputation au pays au cours des derniers mois. Elle a été notamment critiquée pour la rénovation de son appartement de fonction à Paris et les dépassements de coûts d’une croisière destinée à une centaine de jeunes.

Michaëlle Jean entend se battre jusqu’au bout. Dans un courriel envoyé en matinée, son porte-parole Bertin Leblanc signale qu’elle était impatiente de présenter son bilan aux chefs d’État et de gouvernement qui affluent cette semaine en Arménie, et qu’elle va se battre pour rester à la tête de l’organisation.

Partager sur Facebook
553 553 Partages

Source: TVA et Radio-Canada
Crédit Photo: Africa Top Success