La fille de Mélanie Maynard, Rosalie Bonenfant, livre une chronique vraiment touchante sur l'épuisement professionnel

On ne sait jamais quand ça frappe, l'épuisement professionnel

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
142 142 Partages

Samedi matin, Mélanie Maynard a partagé une magnifique photo sur laquelle sa fille et elle se livrent un regard qui laisse percevoir la grande complicité qui les unit. 

La légende qui accompagne la photo va comme suit:«Sur le bord du trop, juste avant de tomber. J’y suis déjà allée. Et vous? ?» Cette phrase fait référence à l'épuisement professionnel. Sa fille, Rosalie Bonenfant, a d'ailleurs écrit une chronique pour Rouge FM abordant le sujet. Dans ce texte, on peut tous un peu se reconnaître. C'est vrai, c'est franc et on se rend rapidement compte que personne n'est à l'abri de ce mal. 

«En fait, c'est que je suis irresponsable. Tellement, que dans les dernières semaines, ça m'a pas tenté de me ménager. J'ai travaillé comme une fille qu'on verra jamais à XOXO, pis là, j'suis à boutte. (...) J'ai de la misère à gérer ma job et c'est ma seule responsabilité. (...) 

L'affaire c'est qu'on sait pas comment dealer avec une situation où la vie t'envoie des uppercuts d'événements hot pis des jabs d'opportunités formidables. C'est sur que t'es reconnaissant pis que tu te plains pas, mais si ça fesse, ça fesse. Le surmenage pour moi c't'un peu comme une fin de combat où tout est nice, sauf que ton corps fait pas la distinction entre un punch de gratitude pis un punch de Mike Tyson. Ça va tellement vite, tu le vois pas arriver. C'est sournois. Pis un moment donné... tu planches sur 1000 projets jusqu'à tard dans la nuit. Tu te permets de prendre une pause, pas trop longue, juste le temps de pleurer. À ce stade là, tu te sens épuisée. T'es trop fatiguée pour continuer, mais t'es trop stressée pour dormir. T'essaye d'arrêter de penser, mais t'as un flash que tu dois absolument noter. Tu regardes l'insomnie te voler ta nuit. Réveilles-toi crevée à 7h du matin, cale un café et retourne travailler. Tu finis ta journée à minuit, étourdie, mais celle de demain est encore plus remplie. (...) 

À ce stade là, tu te sais épuisée. (...)

Les semaines passent pis on te complimente parce que t'as maigri. 

Personne sait que tu te mets des alarmes pour te rappeler de manger, parce que sinon t'oublies 

Personne sait que tu remplis pu tes brassières et que t'es jamais sentie aussi peu sexy

Personne sait que tes cernes se creusent à mesure que ton portefeuille se remplit

À ce stade là, tu te vois épuisée, mais personne le sait parce que par souci d'efficacité, tu t'es conditionnée à le camoufler. (...)

Même si tes joues sont pas si creusées, elles sont toujours salées. C'est maintenant routinier de pleurer une fois démaquillée. (...)

On vit tellement pour les autres, qu'on existe à peine pour soi. Mais si on te voit pas, t'existe pas. (...)

Si vous voulez entendre la chronique en entier, c'est dans la vidéo juste ici:

Partager sur Facebook
142 142 Partages

Source: Rouge FM
Crédit Photo: FB Sucré Salé