L'entreprise de Jacynthe René, Maison Jacynthe, reconnue coupable d'exercice illégal de la médecine

Dernière heure

Monde de Stars
L'entreprise de Jacynthe René, Maison Jacynthe, reconnue coupable d'exercice illégal de la médecine

L'entreprise Maison Jacynthe, appartenant à Jacynthe René, a été reconnue coupable d'exercice illégal de la médecine, mardi matin. La décision a été rendue en lien avec deux vidéos en ligne qui parlent d'irrigation du côlon. 

« Jacynthe René est salie depuis 2018. On me fait passer pour un charlatan, alors que je n’ai jamais commis d’erreurs ! », avait déclaré Jacynthe René lors de son procès en janvier dernier. 

Les faits reprochés concernent deux vidéos diffusées sur Facebook en 2018, relativement à un programme de détox. Il y est clairement indiqué que ni Jacynthe René ni le naturopathe Christian Limoges ne sont médecins, mais ils sont cependant allés trop loin, selon le Collège des médecins.

Plus de détails à venir

Jacynthe René était de passage sur le plateau de La semaine des 4 Julie, il y a quelques semaines et Julie Snyder, et on avait eu droit à un important malaise en ondes.

Voici le message que Jacynthe René avait publié sur son compte Instagram:

« Vous dire comment je me sens. Les mots me manquent. Stupéfaite, assommée, trahie, humiliée, et même un peu découragée.  Ayant été invité par Julie, jamais je ne me suis attendue à ce massacre en direct. En pré-entrevue, il était plutôt question du beau succès de notre entreprise, puis de maternité, du livre Respirer le bonheur et de mon film Grandir Heureux et même de l'intérêt que Mj suscite partout dans le monde. Sortie de mon nid & vêtue pour la belle occasion car enfin on me recevait pour mettre en lumière le beau, le bon, comme jamais encore, j'étais disponible, ouverte. Et c'est ainsi, que j'ai reçu un premier coup, puis un autre, un troisième et encore un. Sans que j'ai le temps d'aller au bout de mes réponses et de reprendre mon souffle. Assommée, j'ai assisté à une démolition chaotique non pas révélant des vérités mais plutôt ce qu'on a monté contre nous. Contre moi. 

Avec une blague pour la fin.

Servie par une Julie que je croyais amie, ou du moins, solidaire, toute maquillée de Maison Jacynthe, offert gracieusement et sans crédit. 

Je prendrai le temps d'en parler ce matin, de m'offrir cette tribune à laquelle je m'attendais hier »