L'auteure nous révèle des primeurs sur la nouvelle série Le Jeu

On a hâte!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
71 71 Partages

L'histoire de ce thriller se passe dans l'univers de la création de jeux vidéos, plus précisément autour de la compagnie Arcade Games. On y aborde les thèmes de l'harcèlement virtuel, la cyberintimidation et les côtés obscurs du web.

Marianne, interprétée par Laurence Leboeuf, est une conceptrice de talent qui à l'aube de la trentaine a assez d'aptitudes pour concevoir son propre jeu. Elle évolue parfaitement dans ce milieu là où elle se sent réellement à sa place. Dans ce prestigieux studio, situé à Montréal, travaille également le chum de Marianne, Julien (Éric Bruneau).

L'auteure, Mylène Chollet explique dans le magazine La Semaine que dans la réalité, Montréal est la cinquième ville la plus importante dans le monde pour la création de jeux vidéos. Que ce milieu en est un très masculin et qu'il y règne même une misogynie bien ancrée. Elle explique:«Au Québec, il n'y a que 16% de filles qui travaillent dans le milieu. Dans ce pourcentage, 5 à 10% ont des rôles créatifs d'importance. C'est la chasse gardée des gars. Mais ce n'est pas une série sur la technologie, avec laquelle les personnages ont des rapports différents On s'intéresse surtout aux impacts humains de tout cela».

En primeur, Mylène annonce que Julien n'y échappera pas. Au sein d'Arcade Games, ses confrères de travail sentent plus le danger à venir que Marianne elle-même. Celle qui doit terminer la création de son jeu a encore ses preuves à faire. Comme elle ne veut surtout pas donner raison à ses harceler, elle tentera d'ignorer les malheurs qui l'accablent. Malheureusement, son amoureux subira lui aussi les contrecoups de cette vendetta. «Les événements vont même mettre en péril la carrière de Julien». Nous verrons si leur amour survivra à ces écueils.

Aussi, Mylène dit qu'il faudra surveiller une intrigue en particulier:«La cyberintimidation, ce n'est pas seulement des gens qui se font insulter en ligne». Des renseignements personnels, comme un numéro de carte de crédit, peuvent être publiés sur internet. Il peut aussi s'agir d'un texto envoyé à un confrère de travail et décriant le patron, qui se retrouve en ligne sur la page de ce dernier. Notre cellulaire risque aussi d'être piraté. La série abordera différents mécanismes liés à ce phénomène. «En fait, la cyberintimidation inclut toutes les façons d'être méchant ou de nuire à quelqu'un en utilisant l'internet.»

Partager sur Facebook
71 71 Partages

Source: La Semaime · Crédit Photo: Facebook Le Jeu