Julien Lacroix présente finalement ses excuses, au lendemain des allégations publiées par Le Devoir

Il vient tout juste de publier ça

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Julien Lacroix s'est à nouveau adressé à ses fans, mardi, au lendemain des allégations d'agressions et d'inconduites sexuelles à son endroit publiées par Le Devoir et de sa réponse dans laquelle il se défendait et attaquait le quotidien montréalais.

Dans un ton beaucoup plus posé et ouvert à l'introspection, l'humoriste annonce qu'il prendra les «prochains mois pour prendre une pause professionnelle et faire un travail d’introspection en compagnie de spécialistes. »

Voici le message que l'humoriste a publié sur sa page Facebook, mardi:

« Salut tout le monde, 

On me déconseille de faire ça dans les circonstances actuelles, mais j’ai envie de laisser parler mon cœur pour vrai.
Hier, sur le coup de l’émotion, j’ai réagi rapidement plutôt que de prendre du recul avant de m’exprimer publiquement. Loin de moi l’idée de vouloir banaliser une cause bien plus grande que ma petite personne. Je m’excuse donc sincèrement auprès des personnes qui ont été blessées ou déçues par ma publication.
Je profiterai des prochains mois pour prendre une pause professionnelle et faire un travail d’introspection en compagnie de spécialistes. Au fil des ans, ma vie professionnelle et familiale a été ponctuée de problèmes que j’ai trop longtemps tenté d’éviter.

L’heure est venue d’aller chercher des réponses à des questionnements que je traine avec moi depuis de trop longues années.

J’ai 27 ans. Je désire être une meilleure personne et j’y consacrerai le temps et l’énergie nécessaires.
J’espère de tout cœur vous retrouver un jour.

Julien »

Le Devoir a publié, lundi, un texte dans lequel neuf femmes témoignent d'agressions ou d'inconduites sexuelles que l'humoriste aurait eues à leur endroit au cours des dernières années. Dans la publication qu'il avait d'abord faite, Julien Lacroix se défendait, ne reconnaissait aucun des gestes commis - sans pour autant les nier - et attaquait Le Devoir ainsi que le mouvement de dénonciations actuel.

Sa réponse lui a valu de sérieuses critiques de la part de nombreuses personnalités publiques, dont Guy A. Lepage, Jonathan Roberge, Virginie Fortin, Rosalie Bonenfant et Léa Clermont-Dion.

Voici la réponse que Julien Lacroix a publiée sur sa page Facebook, lundi matin:

« Ça fait des semaines que le débat dure : est-ce que le mouvement de dénonciation se fait de la bonne façon ? Qu’est-ce qui distingue les vraies dénonciations des allégations non-fondées ? À la fin, espérons que cette prise de conscience aura fait avancer les choses pour le mieux. Et je suis bien sûr désolé si j'ai déjà blessé quelqu'un, ça n'a jamais été dans mes intentions. J'ai 27 ans, j'en ai fait des conneries dans ma courte vie, par contre ce matin, Le Devoir va trop loin.

Je commence à être habitué aux ragots et aux potins dans ma courte carrière. Par contre, détruire le travail d'une vie ? Dans un seul article ? Où je n'ai même pas pu donner ma version des faits ? Aujourd’hui franchement on vient d’entrer dans une autre dimension.

Je ne suis pas un ange, mais pas un démon non plus, et certainement pas le prédateur sexuel qui sévit depuis une décennie comme Le Devoir me décrit ce matin. De plus, la plupart des événements qu’on me reproche seraient survenus quand j’étais mineur.

On devrait normalement pouvoir se défendre devant de telles allégations, mais pas selon Le Devoir. La journaliste m’a lancé des ultimatums durant plusieurs jours sans jamais accepter de me dire ce qu’on me reprochait précisément et de qui venaient les allégations. Comment voulez-vous que je réponde sans connaître les détails précis et sans savoir de qui on parle ni de qui elles viennent ?

Personnellement, je suis favorable à tout processus juste et efficace pour soutenir toute victime d’une infraction criminelle. Mais si l’objectif est d’attirer l’attention du public en portant atteinte à la réputation et à la crédibilité d’une personne, là c’est autre chose.

Entre temps, je n’ai pas le choix de prendre un moment de recul par rapport à tous les projets auxquels je suis associé, ainsi que de mon équipe de gérance et de production, puis de réfléchir aux recours qui s’offrent à moi dans ce contexte. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Facebook Julien Lacroix · Crédit Photo: Facebook Julien Lacroix