Jean-François Baril publie un texte magnifique sur la petite fille de Granby que tout le monde devrait lire

Un texte bouleversant que tout le monde devrait lire

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,313 1.3k Partages

Jean-François Baril a été bouleversé, comme nous tous, par l'horrible histoire de la petite fille de Granby. Et il a ressenti le besoin de partager un bouleversant message sur sa page Facebook.

Voici le très long message qu'il a publié sur sa page Facebook, samedi:

« Depuis l’histoire d’horreur de cette petite fille j’ai une boule en dedans. Comme vous tous! Au point où j’en ai très peu parlé avec ma conjointe, puisque ça nous faisait trop mal d’imaginer la souffrance et la détresse de ce petit bout d’ange. J’ai gardé ça à l’intérieur, comme si j’avais honte que nous n’ayons rien fait en société. Honte de penser qu’il y a probablement d’autres enfants maltraités au Québec. Honte de regarder ma belle grosse maison, la belle famille que j’ai la chance d’avoir, en me disant que je pourrais facilement abriter un enfant pour lui sauver la vie… ou au moins la soulager un moment.

J’ai vu mes collègues des médias commenter. De mon côté je ne trouvais pas les mots, le sens. Bien qu’il y ait des coupables, je n’avais pas envie de partir à la chasse, de mettre tous les employés de la DPJ dans le même bateau. Je n’avais pas envie de déverser mon dégoût sur les parents. Je n’avais pas envie d’une parole vide, que j’aurais écrite simplement pour démontrer que j’étais aussi terrassé.

Puis ce matin, en regardant les journaux et les médias sociaux, j’ai vu 3 messages qui m’ont fait du bien et qui m’ont permis de donner un sens à tout ça. L’article de Jean-François Tremblay dans la Presse, au sujet de Gilbert Delorme et de sa femme qui agissent comme famille d’accueil. De véritables héros. Le Tweet de Yann Perreau qui s’émerveille devant les parents affectueux qu’ils croisent au CPE. Celui de Nancy Audet qui s’émeut en regardant un papa qui envoie des bisous à son enfant au service de garde. Ils m’ont fait du bien. Je sais que rien ne la ramènera. Que rien n’efforcera les atrocités qu’elle a vécues. Sauf qu’elle nous ouvre peut-être les yeux sur l’importance de nos enfants en tant que société.

Voilà, voilà ce que j’ai envie que l’on retienne de ce triste décès. Prenons soin de notre jeunesse, des jeunes. Oui de tous ceux qui sont abusés ou maltraités, mais aussi des nôtres, de ceux qui sont tout près de nous, dans notre entourage, notre famille, notre voisinage. Donnons-leur du temps, de l’amour, de la confiance, de l’estime, pour qu’ils deviennent de beaux adultes, de futurs bons parents qui prendront à leur tour soin de leurs enfants avec tout leur amour.

Tournons-nous vers notre jeunesse, vers ce petit garçon trop grouillant à l’école, vers cette jeune fille qui fait de l’anxiété de performance, vers ce jeune qui ne peut pratiquer son sport parce que ses parents n’ont pas les moyens ou encore vers ce jeune qui a une boîte à lunch vide. Vers ces enfants qui ont des difficultés académiques, qui sont différents, qui sont mal dans leur corps, qui ont un handicap et aussi de tous ceux qui semblent «normaux», mais qui ont aussi leurs soucis. Tous ces enfants ne demandent qu’à être aimés, encouragés et appuyés.

Nous pouvons tous offrir à notre voisin d’accueillir son enfant après l’école afin qu’il soit moins longtemps au service de garde et qu’ils puissent faire ses devoirs. Donner notre vieux vélo à jeune qui n’en a pas. Être bénévole pour une activité solaire, parascolaire ou au club des petits déjeuners. À tout le moins, nous pouvons tous prendre une journée de congé pour accompagner notre enfant, notre filleul, notre nièce à une sortie avec sa classe.

Cette petite fille ne le saura jamais, mais elle aura peut-être contribué à changer notre façon d’agir, de s’émerveiller, d’aider ses petits yeux brillants que l’on croise au quotidien. »

Partager sur Facebook
1,313 1.3k Partages

Source: Facebook · Crédit Photo: Facebook