Guylaine Tanguay fait à son tour une déclaration fracassante concernant Hubert Lenoir

Elle n'a pas été tendre à son endroit

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,250 1.3k Partages

Guylaine Tanguay s'est retrouvée au plein coeur d'une importante controverse, suite au 40e Gala de l'ADISQ, qui a été présenté dimanche soir dernier, après avoir critiqué le choix de Klô Pelgag comme interprète féminine de l'année. Jeudi, elle a récidivé avec une autre affirmation qui a fait couler énormément d'encre: selon elle, Hubert Lenoir a manqué de respect envers le public, lorsqu'il s'est inséré un Félix dans la bouche.

«Je voyais quelqu’un qui était carrément irrespectueux, a-t-elle affirmé au micro de Benoit Dutrizac à QUB radio, jeudi matin. C’est une statuette qui représente quand même un monsieur important au Québec. Et je trouve qu’on ne peut pas faire ça.» Elle n'a pas aimé son geste lorsqu'il a remporté le Félix de la chanson de l'année, et elle n'a pas non plus apprécié son mot de remerciement où il a dit à tous ceux qui ne le comprenaient pas et qui essayaient de le catégoriser qu'ils étaient «wack en esti.»

Selon elle, c'est malhonnête de parler au nom de la jeunesse alors que de nombreux jeunes ne sont en accord avec lui.

 «Parce qu’en plus il parle au nom de la jeunesse, et moi, la jeunesse que j’ai autour de moi, elle n’est pas comme ça.»

La chanteuse a également pris le temps de défendre Mario Pelchat qui a été au coeur de toutes les conversations, depuis une très médiatisée entrevue radio dans laquelle il a vertement critiqué l'ADISQ, l'Académie et Hubert Lenoir.

Elle a tenu à expliquer qu'elle connaissait très bien Mario Pelchat depuis longtemps et que contrairement à ce qui a été avancé au cours des derniers jours, ce n'est pas quelqu'un de jaloux.

«Quand j’étais jeune, je débarquais dans sa famille pour aller chercher des conseils avec mes parents», a-t-elle raconté. Si Mario Pelchat a «peut-être été émotif» en s’en prenant à l’ADISQ, elle estime qu’il a agi de la sorte pour la défendre.

Les critiques de Mario Pelchat n’ont rien à voir avec la jalousie, selon. «Mario, si ça ne fait pas, ça ne fait pas. Il va te le dire pourquoi. Par contre, il n’est pas malhonnête. Il n’est pas jaloux», a-t-elle tranché.

En entrevue lundi matin, la chanteuse a par ailleurs avoué elle-même qu’elle était «un peu déçue».

«C’est normal, tu ne gagnes pas, a-t-elle dit. Celui pour moi qui était le plus décevant, c’est interprète féminine de l’année. C’était ma première fois, c’est la première fois qu’il y avait une chanteuse country en nomination dans cette catégorie-là.»

Voici l'entrevue intégrale, une gracieuseté de nos amis chez RadioEGO:

Si vous ne les avez pas encore lus, voici les commentaires faits par Mario Pelchat, au lendemain du Gala de l'ADISQ:

« C’est elle qui le méritait et je la comprends d’être déçue. Mais je ne pense que pas que c’est le country qui nécessairement puisse déranger l’Académie. Je pense plutôt que c’est ce qui est populaire qui dérange l’Académie. Et je l’ai toujours dit, c’est juste au Québec qu’on voit ça. En France, quand on va dans un gala, les récipiendaires, ceux qui gagnent des trophées sont ceux qu’on connait, sont ceux qui ont joué abondamment à la radio, qui ont vendu des disques, ce sont les artistes qui ont eu du succès pendant l’année et que tout le monde connait. Même chose aux États-Unis quand on regarde les Grammys, les artistes qui gagnent des prix sont les artistes qui ont tourné, dont les chansons ont été de gros succès, qui ont tourné abondamment à la radio, qui ont vendu énormément de disques.

Ici? Les artistes qui vendent des disques, qui marchent, qui ont beaucoup de succès, c’est pas eux qui montent. C’est ceux qu’on ne connait pas, c’est ceux que personne connait, c’est ceux qui sont les plus marginaux, les plus excentriques, c’est ceux qui font parler d’eux par toutes sortes d’accoutrements. C’est ça qui marche ici, mais ça ne représente pas la musique. Oui, je suis d’accord que ça prend une diversité, qu’Hubert Lenoir a du talent. Que son excentricité dérange mais qu’à quelque part ça a sa place. Mais ça n’a pas sa place quand tu entres ton Félix à l’intérieur de ta gorge pour essayer de te faire vomir, quand tu sais que le Félix en question c’est Félix Leclerc, un homme de classe, un homme respectueux qui aurait eu au moins la décence et qui aurait su remercier le public. Quand tu n’es même plus capable de t’adresser aux gens et que tu leur manques de respect, ça ça n’a pas sa place.

Et vous, croyez-vous que Guylaine Tanguay méritait de remporter le Félix de l'interprète féminine de l'année?

Partager sur Facebook
1,250 1.3k Partages

Source: TVA Nouvelles
Crédit Photo: Facebook