Guy A. Lepage au coeur d'une énorme controverse concernant Tout le monde en parle

Ça brasse..!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
3,424 3.4k Partages

C'était la dernière de la saison de Tout le monde en parle, dimanche soir, et le moins que l'on puisse dire c'est que la populaire émission dominicale a réussi à faire parler d'elle. Parmi les invités de cette dernière émission de cette 15e saison de TLMEP se trouvait Omar Khadr, l'ancien enfant soldat qui a été envoyé à Guantanamo après avoir été accusé d'avoir lancé une grenade qui a provoqué la mort d'un soldat américain. Il y a quelques semaines, un juge de l'Alberta lui a rendu sa pleine liberté. Et en 2017, il avait reçu une indemnisation de 10,5 millions de dollars puisque la Cour suprême a jugé que ses droits fondamentaux avaient été violés lorsqu'il était détenu par les États-Unis.

La décision d'inviter Khadr sur les ondes de la télévision publique n'a pas plu à tout le monde et notamment, le chroniqueur controversé Ezra Levant - connu notamment comme ayant été l'une des têtes d'affiche du défunt réseau Sun News - s'en est pris directement à Guy A. Lepage sur Twitter. 

« Imaginez applaudir un meurtrier. Ils l'ont applaudi. Ils ont fait jouer de la musique lorsqu'il est arrivé sur le plateau. Pour un meurtrier, un criminel de guerre d'Al-Qaïda reconnu coupable. C'est ça, la CBC de Trudeau. Ils vous détestent. Ne l'oubliez jamais. », a-t-il écrit sur Twitter dimanche soir.

Sa publication a été retweetée plus de 5 500 fois au moment d'écrire ces lignes, en plus d'avoir reçu plus de 8 700 mentions j'aime. 

Il a également ajouté: « Vous êtes un journaliste du gouvernement qui travaille pour la télévision d'État, a-t-il écrit. Je sais que c'est honteux, mais ne mentez pas. Votre patron Trudeau a donné 10,5 millions à Khadr ainsi que des excuses publiques. Vous lui avez donné 10,5 millions en publicité, et une tribune publique. Vous êtes une honte internationale. »

Ce à quoi l'animateur de l'émission Guy A. Lepage a répondu: « En fait, Trudeau n'a rien à voir avec notre émission. Ni Harper avant lui. Vous pouvez être d'accord ou pas avec les gens que nous invitons, mais cessez votre propagande merdique. Personne d'autre que mon équipe ne choisit qui sera invité. Depuis 15 ans. Et jusqu'à la fin. Des questions ? »

Il avait également tenu à répondre à ses détracteurs en publiant, sur son compte Twitter: « Yo les conspirationnistes : Personne (allant du Premier Ministre au concierge de Radio-Canada) n’intervient dans le choix des invités, le montage, le contenu des émissions, les questions de . Depuis 15 ans. Et ça n’arrivera jamais. Joyeux Jambon les cocos. »

Dans sa chronique publiée dans La Presse, mardi matin, Marc Cassivi écrivait ceci: 

« Ça m'étonne toujours que des Canadiens pensent que la télévision publique est une télévision d'État », me disait hier Guy A. Lepage, qu'on ne peut objectivement accuser de complaisance dans cette entrevue avec Khadr (ce que je lui ai moi-même déjà reproché dans le passé). Il a posé les questions qui s'imposaient, ni plus ni moins.
En 15 ans d'existence de Tout le monde en parle, jamais le politique n'a tenté d'influencer le contenu de son émission, affirme Lepage, qui en est non seulement l'animateur, mais aussi le producteur au contenu.
« Ce n'est même pas passé proche. Et là-dessus, il y a eu 11 ans de Harper. »

Voici ce qu'on retrouve sur la page Facebook de Tout le monde en parle:

z La vie d’Omar Khadr est une longue bataille juridique. Le chemin de la liberté sera long pour l’homme accusé d’avoir tué un soldat américain en 2002, alors qu’il servait d’interprète chez des Talibans qui l’auraient entraîné à être un enfant-soldat. Enfermé à Guantanamo, où il aurait souffert de mauvais traitements, puis au Canada, ce n’est qu’en 2015 qu’il obtient sa liberté conditionnelle, assortie d’excuses publiques du gouvernement canadien et d’un dédommagement de 10,5 millions de dollars. La semaine dernière, un juge albertain lui a rendu sa pleine liberté, mais des recours aux États-Unis risquent de le ramener au tribunal. Même s’il ne pourra jamais être un citoyen ordinaire, il espère à tout le moins mener un jour une vie normale. »

Partager sur Facebook
3,424 3.4k Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Facebook Tout le monde en parle