Guillaume Lemay-Thivierge au coeur d'une importante bataille juridique avec la Ville de Montréal

Ça brasse..!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
114 114 Partages

Guillaume Lemay-Thivierge est aux prises avec la Ville de Montréal dans une bataille juridique qui dure depuis des années et on apprend, mercredi, que le comédien compte poursuivre la Ville pour avoir mal géré ses demandes de permis de rénovations. Lemay-Thivierge avait été condamné, il y a quelques semaines, à payer une amende de 9 500 $ à la Ville pour avoir entamé des travaux de rénovation avant d'avoir obtenu les permis.

En entrevue avec le Journal de Montréal, l'acteur affirme: « Quand on entend l’affaire, ça sonne comme si j’avais obtenu de la clémence, alors qu’en fait, c’est la Ville qui s’était trompée dans l’évaluation du dossier. » Il en profite pour préciser qu'il ne demandera que le remboursement de ses frais d'avocats.

Il y a quelques semaines, Guillaume Lemay-Thivierge avait mis un terme à une saga qui s'étirait depuis quatre ans en plaidant coupable d'avoir commencé des travaux dans son ancienne maison avant d'avoir reçu le permis de la Ville qui lui permettait de le faire. Il était initialement accusé d'avoir démoli le bâtiment sans permis, ce qui lui aurait valu une amende de l'ordre de 50 000 $.

Selon lui, c'est une pratique fréquente qu'un entrepreneur commence un chantier après avoir fait la demande de permis, mais avant de les avoir reçus, en raison des longs délais de traitement des dossiers. De cette façon, l'entrepreneur écope parfois d'une amende, mais ça rentre dans le budget des travaux, affirme le comédien.

Il spécifie qu'il ne s'est jamais servi de sa notoriété publique pour faire accélérer les choses ou pour obtenir quelque laissez-passer qui soit. Mais il affirme avoir vécu de très mauvaises expériences avec des fonctionnaires qui l'ont forcé à payer pour des nouveaux permis qui n'étaient pas nécessaires et qui ont allongé encore plus les délais.

Il affirme également avoir écrit une lettre au maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal Luc Ferrandez mais celui-ci ne lui aurait jamais répondu.

Toujours en entrevue avec le Journal de Montréal, il affirme 

« Peu importe si je suis connu ou pas, j’ai l’impression que la Ville cible certaines personnes. Ils font du zèle afin de faire peur aux autres. Je ne veux pas être vu comme une victime. Mon but est de dénoncer, affirme-t-il. Si je suis connu et que je peux utiliser ma voix pour aider les autres, alors mon but sera atteint.»

Partager sur Facebook
114 114 Partages

Source: TVA Nouvelles
Crédit Photo: Instagram