Gino Chouinard révèle être passé à deux doigts d'exploser

Tous les détails à l'intérieur

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles

Gino Chouinard était de passage sur le plateau de l'excellente émission La Tour, jeudi soir, et il a offert une entrevue toute en franchise et en transparence à Patrick Huard. L'animateur de Salut Bonjour est une vraie machine qui travaille un nombre d'heures hallucinant chaque semaine. Mais s'il le fait, c'est qu'il choisit des projets qui le stimulent et dans lesquels il se sent accompli. Mais comme Patrick Huard lui a bien fait réaliser, la vie c'est comme une ampoule. 

« Une ampoule ça marche au nombre d'heures qu'elle est allumée. Pas au nombre d'années que ça fait qu'elle est dans le socket..! », a expliqué Patrick Huard.

C'est à ce moment qu'on a eu droit à une confession touchante de la part de Gino Chouinard. 

« Ouais, la mienne elle a déjà brûlé une fois. C'était la veille de l'ouverture du Chocolats Favoris à Boucherville, donc il y a un an de travail en amont. Et j'anime un gala à Québec, un soir de semaine. J'ai Salut Bonjour en plus. Le régisseur vient me voir pour me dire qu'il reste cinq minutes avant de sortir sur scène et animer. Il y a 1200 personnes à Québec dans une salle. Je ne me sens pas capable de sortir de la coulisse. Brûlé raide, fatigué, à bout. Sur le bord d'exploser. J'ai même appelé ma blonde pour lui dire que je ne savais pas ce que j'allais faire et que j'avais l'impression que je n'étais pas capable.

Cette fois-là, j'avais l'impression que l'ampoule était brûlée. J'ai réussi à sortir sur scène en pensant à mon père décédé, en me disant P'pa, vient m'aider, j'ai besoin d'aide. J'avais atteint une limite de ce que je pouvais tolérer. 

Mes chums m'appellent la machine. Je book les vacances des amis, je book les soupers, je fais tout tout le temps. J'ai grandi là-dedans. J'ai grandi dans un bureau de poste et dans un hôtel. J'ai grandi dans un milieu où il fallait plaire, mais surtout ne pas déplaire. »

Quand Patrick Huard lui demande s'il prend parfois le temps de penser à lui et d'arrêter, le bon Gino avoue que le contexte actuel l'aide à en prendre moins sur ses épaules.

« Moi la pandémie, sincèrement, le rythme qui nous est imposé me convient malheureusement pas mal. »

Voici un extrait de l'entrevue que Gino Chouinard a accordée à Patrick Huard:

On vous invite fortement à visionner l'entrevue en intégralité juste ici, sur le site de TVA.

Source: La Tour · Crédit Photo: La Tour