Gilbert Rozon devrait se faire traiter par un psychiatre, dit Gilles Proulx

Tous les détails ici.

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que la preuve est close au procès de Gilbert Rozon, la cause de l'ex-magnat de l'humour reviendra devant les tribunaux le 6 novembre pour les plaidoiries finales. En attendant, l'affaire très médiatisée est au coeur de toutes les discussions, et chacun y va de sa propre opinion. Gilles Proulx n'a carrément pas mâché ses mots au sujet de l'accusé, qu'il souhaite voir suivre des traitements de psychiatrie. C'est du moins ce qu'il a confié au micro de QUB Radio. 

En discussion avec Richard Martineau, Gilles Proulx a déclaré :

« Chez Rozon, dont on entendra moins parler d'ici le 6 novembre, la juge devra trancher entre deux versions : "[la victime] l'a provoqué" comme il dit, ou encore, elle, elle va dire "il m'a agressé". On n'est toujours pas branchés là-dessus. C'est tout un dilemme à dénouer, mais chose certaine, si la juge n'a pas les qualifications de psychiatre, elle pourra au moins lui exiger d'aller en traitement psychiatrique. Pourquoi ? Tout simplement parce que, là, elle pourra ouvrir une parenthèse et bien voir le comportement public depuis nombre d'années. Il ne faut pas oublier qu'il y a des douzaines d'autres filles qui attendent pour le prendre dans les câbles en temps opportuns. Sinon, il va s'en sortir avec le torse bombé et ce serait malheureux pour la crédibilité de la justice », dit-il sans détour. 

Écoutez l'extrait ici

Rappelons que Gilbert Rozon fait face à des accusations de viol et d'attentat à la pudeur. Il est également visé par un recours collectif de 10 millions de dollars intenté par les Courageuses, qui regroupe une vingtaine de victimes présumées. 

L'affaire était sortie en 2017, lorsque neuf femmes s'étaient confiées au Devoir et à la chaîne de radio 98,5 FM à propos de harcèlement et d'agressions sexuelles qu'elles auraient subies de la part de l'ancien patron de Juste pour Rire. Depuis, Gilbert Rozon a sans cesse nié les allégations à son endroit et avait entre autres déclaré à une journaliste de TVA qu'il n'avait « jamais l’amour à quelqu’un si une personne a dit non ».

Parallèlement, l'ex-magnat de l'humour poursuit en diffamation les animatrices Julie Snyder et Pénélope McQuade pour des propos que les deux femmes ont tenus sur le plateau de l'émission La semaine des 4 Julie.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: QUB Radio · Crédit Photo: Facebook