Geneviève Morin, l'ex de Julien Lacroix qui l'a dénoncé, réagit suite à ses excuses publiées mardi

Tous les détails à l'intérieur

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Julien Lacroix a créé toute une commotion, mardi en fin d'avant-midi, en publiant sur les médias sociaux un long message pour faire le point, quelques mois après s'être retiré de la vie publique. L'humoriste a été visé, l'été dernier, par une enquête du quotidien Le Devoir dans laquelle dix femmes révélaient avoir été victimes d'agression ou d'inconduite sexuelle de sa part au cours des dernières années.

Après avoir nié vigoureusement les faits au moment de leur publication, Julien Lacroix y a été d'un message au ton complètement différent, mardi, reconnaissant avoir blessé plusieurs personnes, s'excusant et avouant avoir des problèmes de consommation de drogue et d'alcool sur lesquels il affirme être en train de travailler activement.

Parmi les femmes qui l'ont dénoncé l'été dernier, son ex Geneviève Morin est assurément celle dont le témoignage a été le plus bouleversant. La jeune femme a réagi, quelques heures après la publication du long message d'excuses de Julien Lacroix.

Voici la publication que Geneviève Morin a faite, mardi en début d'après-midi, sur son compte Instagram en réponse au message de Julien Lacroix:

« Je suis fatiguée de pleurer. Les mots me manquent, c’est rare. Mais j’ai eu ce magnifique poème en tête. Je trouve qu’il met le doigt sur ce que je ressens. »

Et voici ce que dit le poème en question:

« C'est notre histoire qui me hante, ne ne te veux plus dans ma vie. Ce n'est pas de toi que j'ai du mal à me guérir. C'est la douleur et les blessures qui continuent de saigner chaque fois que je pense à toi ou que j'entends ton nom. Ce sont les cicatrices que je dois cacher partout où je vais que j'ai du mal à guérir.

Quand je pense à toi, je n'aperçois plus ton visage. Je vois une ombre. Je vois la douleur. Oui, je vois la douleur. »

Il y a quelques semaines, elle avait publié un long texte sur son compte Instagram pour revenir sur cette décision qui va avoir changé sa vie à tout jamais.

« 2020, c'est une plaque tournante pour moi. Parce que je n'ai jamais fermé la porte à 2019 », écrit-elle dans un long texte. « Parce que j'ai traîné dans mon coeur des blessures causées par l'amour (les plus douloureuses peut-être). [...] J'aimerais parler en toute franchise. En toute franchise parce que ce qui s'est passé le 4 octobre 2019 fait désormais partie de moi, de ma vie. Parce que la relation que j'ai eue fait aussi partie intégrale de mes expériences. 

Je m'en suis voulu longtemps, je veux dire, de n'avoir rien fait. D'avoir fermé les yeux sur les mots douloureux, sur la violence et sur l'infidélité. Je me suis même fermée les yeux un soir d'octobre, alors qu'on me disait de me taire parce qu'on m'aimait. »

Elle raconte comment elle s'est sentie lorsque la journaliste du Devoir l'a contactée. « Je me rappelle aussi l'appel du Devoir, un après-midi de juillet. Je me rappelle les mots utilisés par la journaliste: j'ai plus de 10 témoignages, mais... 10. Plus de 10. [...| 2 semaines se sont passées entre l'appel du Devoir et ma décision. 

J'ai pesé le pour et le contre. Il est important que je parle en toute franchise et que j'avoue qu'encore aujourd'hui, j'ai l'impression au fond de moi d'avoir trahi mon meilleur ami. D'avoir détruit sa vie. »

Elle affirme que ce qu'elle souhaite par dessus tout c'est de pouvoir pardonner. 

« Je souhaite que cette personne qui souffrait et qui m'a fait souffrir guérisse. Qu'elle aille de l'avant. Je souhaite de tout mon coeur que cette personne regarde derrière elle et qu'elle se dise: j'ai honte. »

On vous laisse lire la suite ci-dessous. Il faut utiliser les flèches pour passer d'une image à l'autre.

Et voici le long message que Julien Lacroix a publié sur les médias sociaux, mardi en fin d'avant-midi:

« Salut tout le monde, 

J’avoue être très nerveux à l’idée de vous écrire mais je sens que je le fais pour les bonnes raisons et qu’il n’y aura jamais vraiment de « bon » moment pour le faire.
Je brise le silence, après beaucoup de honte, de regrets et de tristesse. Bien sûr, le fait que je m’exprime publiquement ne signifie en rien que je diminue l’importance d’entendre et surtout, d’écouter.
J’aimerais d’abord présenter mes sincères excuses aux personnes que j’ai blessées. Sachez que je prends responsabilité sur mes actions et que je travaille chaque jour à réparer ce que j’ai brisé chez les autres et en moi.

Je tiens aussi à souligner que j’appuie le mouvement de dénonciations, malgré les impacts majeurs que ça a eu dans ma vie. Je suis conscient que c’est ainsi que se font les révolutions et que s’opèrent des changements nécessaires. Il est anormal qu’en 2021, autant d’hommes continuent d’avoir des comportements toxiques. Je ne veux plus jamais faire partie de cette catégorie.
Mon intention n’est pas de régler ma vie privée en public. L’essentiel est que j’ai blessé des gens, et que je m’en excuse profondément. Je travaille désormais tous les jours à devenir humblement une meilleure personne. Mes amendes honorables font parties de mon processus de rétablissement, je les fais en privé, avec les personnes concernées et prêtes à les recevoir.

Par soucis de transparence, particulièrement pour les plus jeunes qui m’ont suivi depuis des années, je partage une infime partie de mon cheminement qui est loin d’être terminé.
Depuis très jeune, j’ai ignoré les problèmes que j’avais, j’ai étourdi mon mal-être avec l’alcool, la drogue et plus tard le travail. J’ai oublié de faire attention à l’humain et aux gens autour de moi. Je ne veux en aucun cas me cacher derrière cette maladie. Je suis un alcoolique et je me rétablis, un jour à la fois.
L’intoxication volontaire n’excuse aucun geste, je crois néanmoins qu’il serait trop facile de balayer cet aspect du revers de la main et d’ignorer le sujet. Il est encore trop tôt dans mon processus de rétablissement, j’espère tout de même qu’éventuellement on pourra parler de la place de l’alcool et la drogue dans notre univers social et des ravages qu’ils peuvent causer. À mon avis, cette discussion est essentielle et doit être faites sans tabou. J’entends souvent qu’il faut éduquer les jeunes. C’est seulement en remontant à la source du problème qu’on arrive à trouver des solutions.
J’ai entamé un long processus thérapeutique qui durera toute ma vie. J’ai aussi intégré des groupes de jeunes hommes qui veulent s’en sortir et discuter sans être jugés. Je côtoie beaucoup de tristesse, de souffrance, de gens en recherche de repères, mais malgré tout, beaucoup d’espoir.
Cette prise de parole, je ne la fais pas dans le but d’annoncer un retour. Je la fais pour présenter mes excuses aux personnes que j’ai profondément blessées. Je la fais aussi par respect pour les gens qui me suivent depuis des années, mais surtout pour mes proches, mon amoureuse et mes petits frères.
Pour 2021, je nous souhaite un dialogue. Je crois que la discussion reste la meilleure solution à beaucoup de maux.
Je vous envoie beaucoup d’amour.
Julien. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Instagram Geneviève Morin · Crédit Photo: Instagram Julien Lacroix