François Legault parle de la vague de dénonciations sur les médias sociaux et prend position

Le premier ministre a pris position clairement

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le Québec vit depuis un peu plus d'une semaine une vague de dénonciations sans précédent où des milliers de victimes ont utilisé les médias sociaux pour témoigner de tristes histoires qui leur sont arrivées. Parfois de façon anonyme, parfois à visage découvert. Parfois en nommant clairement la personne visée par les allégations, parfois non.

Dans le monde du show business québécois, plusieurs personnalités publiques ont été pointées du doigt depuis une semaine, soit Maripier Morin, Bernard Adamus, Yann Perreau, Kevin Parent et le bassiste du groupe Simple Plan David Desrosiers, pour ne nommer que ceux-là. Aucun d'entre eux n'a tenté de nier les faits, ils ont plutôt présenté des messages d'excuses et annoncé une pause professionnelle.

Sur les médias sociaux, de nombreuses personnes critiquent la façon dont ces dénonciations sont faites en utilisant les médias sociaux, plutôt qu'en déposant des plaintes à la police qui pourraient éventuellement mener à des procès criminels. Mais il apparait de plus en plus évident que si tous ces témoignages sortent de cette façon c'est que le système de justice actuel n'est pas adapté à la réalité d'aujourd'hui.

En conférence de presse, lundi, le premier ministre François Legault a abordé le sujet et a tenu à saluer le courage de toutes les personnes qui ont dénoncé dans les derniers jours, en plus d'affirmer que plusieurs de ses ministres travaillaient actuellement pour s'attaquer au problème.

Voici ce qu'il a affirmé:

« Je veux saluer les gens qui ont eu le courage de dénoncer parce que ça aide à ce que tout le monde soit plus sensible. C'est un peu plate que ça se passe de cette façon, mais moi je veux saluer le courage et entre autres, Simon Jolin-Barrette le ministre de la Justice est en train de voir comment on peut faire pour que ça soit moins difficile pour les victimes quand il y a un procès pour ne pas être obligé de tout revivre ça pendant des semaines et des semaines. 

Aussi, les cours de sexualité ça fait partie de tout ce qui est regardé par Jean-François Roberge du côté de l'Éducation. J'ai donné un mandat à Isabelle Charest sur tout ce qui s'appelle violence aux femmes et harcèlement. Il y a toute une partie qui commence par l'éducation. La question de violence, de respect, d'égalité entre les hommes et les femmes.

Il y a plusieurs ministères qui travaillent là-dessus et moi j'incite les gens qui ont subi du harcèlement à dénoncer. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: François Legault · Crédit Photo: Facebook François Legault