François Lambert en ajoute une nouvelle couche sur Caroline Néron

Il en ajoute une couche

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
371 371 Partages

La dispute entre Caroline Néron et François Lambert a connu un nouveau chapitre, mardi, alors que François Lambert a profité d'une entrevue sur les ondes de QUB Radio pour rectifier certains faits. On se rappellera que lors de son passage sur le plateau de Tout le monde en parle, dimanche, Caroline Néron avait été très dure envers l'homme d'affaires affirmant notamment qu'il était fâché parce qu'il n'avait pas été reprise à l'émission Dans l'oeil du dragon.

Lambert est revenu sur la saga Caroline Néron en disant: «Moi je suis pas frustré, je ne suis pas quelqu'un de frustré dans la vie. Quand je suis frustré, je le dis. J'ai envoyé un courriel au producteur au mois de novembre ou décembre pour savoir s'il avait besoin de mes services cette année comme dragon invité. Je voulais planifier mes vacances avec les enfants et je voulais savoir si je devais planifier une journée pour le tournage. Il m'a répondu qu'il ne le savait pas encore et je n'ai pas fait de suivi. Il ne m'a pas relancé, je ne l'ai pas relancé. Ça s'est arrêté là. Est-ce que je suis frustré? Si j'avais été frustré j'aurais escaladé, j'aurais demandé comment ça se faisait qu'ils ne me reprenaient pas même si j'avais fait un bon show l'an passé. Ça c'est si j'avais été frustré, mais je ne suis pas frustré.»

«Est-ce que j'ai le goût de faire de la télévision? Tsé, quand elle a dit donnez lui son show il a fait Un souper presque parfait, j'avais le goût de lui répondre: donnez lui en Félix tabarnouche! Elle est chanteuse. Est-ce que j'aime ça faire de la télévision? Oui! Mais Caroline a été bonne pour faire de la diversion, pour mettre le blâme sur un peu tout le monde, incluant moi, pour ses déboires. Elle n'avait qu'à répondre aux questions sur son entreprise. Maintenant, que son entreprise fasse faillite, ça lui appartient. C'est le risque entrepreneurial.»

«Qu’elle ait eu un échec, c’est dommage. Ça aurait été le fun de voir la marque Néron à travers le monde, on serait fier», a-t-il insisté.   

Vous pouvez entendre l'entrevue donnée sur les ondes de QUB Radio en intégralité sur le site du Journal de Montréal.

Partager sur Facebook
371 371 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Facebook