Étienne Boulay se confie sur sa tentative de suicide dans un bouleversant témoignage

Toute l'histoire à l'intérieur...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
50 50 Partages

Étienne Boulay et la comédienne Marie-Soleil Dion sont porte-paroles de "Bell cause pour la cause", une initiative annuelle de Bell qui s'engage à verser jusqu'à 100 millions à des organismes de santé mentale au Canada.

L’ancien joueur des Alouettes, dont on connaissait un peu le passé-trouble, nous a émus avec ses confessions à propos de ses années noires.

«Pour moi, c’est la transition de carrière qui a été très difficile. J’étais juste un joueur de foot et là, je ne l’étais plus» confie Étienne Boulay.

Malgré tout, Étienne avait toujours eu une personnalité qui impliquait des risques de dérapage: «J’ai toujours été excessif. Quand on m’a enlevé le foot, il restait juste mon côté excessif, pas contrôlé. J’ai trouvé un malin plaisir à faire la fête. Mais jusqu’à un point où je ne pouvais pas arrêter. J’ai passé 28 jours dans un centre qui m’a sauvé la vie. Ce n’a pas été de tout repos. En sortant, ce fut difficile. J’ai été très loin dans mes dérapes» poursuit-il.

Ce mode de vie aura finalement passé près de lui couter la vie, tentant de se l'enlever lui-même: «J’ai tenté de mettre fin à mes jours. Mon estime de soi était nulle. Je faisais souffrir des gens que j’aime. Des gens qui ne méritaient pas de stresser, de souffrir et de pas bien dormir à cause de moi. Cette culpabilité a fait en sorte qu'un soir... je ne veux pas rentrer dans les détails, je «me suis essayé». Je me suis réveillé branché sur des machines à l’hôpital... mais la vie a décidé que c’était pas mon temps.»

Aujourd'hui, Étienne Boulay a repris de saines habitudes de vie et est un papa dévoué: «J’aurais dû aller chercher de l’aide beaucoup plus tôt. Le message que je veux passer, c’est si vous allez pas bien, arrêter d’avoir honte de ça. C’est la raison pour laquelle on est là. Il faut parler des maladies mentales Ce qui me fait le plus de peine quand j’en parle, c’est de réaliser à quel point je vis des moments extraordinaires aujourd’hui, et j’aurais tout manqué ça».

Voilà un message que plusieurs personnes en détresse pourraient utiliser comme motivation pour ne pas flancher. N'hésitez d'ailleurs pas à le faire circuler en le partageant :)Photos: Facebook

Partager sur Facebook
50 50 Partages