Éric Salvail: Un développement majeur concernant la campagne de socio-financement de la victime présumée

La nouvelle vient de tomber

Monde de Stars
Éric Salvail: Un développement majeur concernant la campagne de socio-financement de la victime présumée

Depuis que des accusations criminelles ont été déposées contre Éric Salvail, de nombreuses personnes essaient de savoir qui est la fameuse victime alléguée dont la plainte a mené vers trois accusations: pour harcèlement criminel, séquestration et agression sexuelle. Ce qu'on sait, c'est que la victime présumée porte les initiales de D.D. et qu'il a demandé l'aide du public pour amasser de l'argent pour lui permettre de déposer une poursuite au civil contre Éric Salvail.

Et on apprend, dimanche soir, que le fameux D.D. a atteint son objectif et que la campagne de socio-financement est donc fermée. Voici ce qu'on peut lire sur le site GoFundMe de la campagne: «Un grand merci à tous! Les dons ne sont plus acceptés car l'objectif est atteint. La campagne sera fermée plus tard ce soir, seuls les donateurs y auront toujours accès. Vous serez les premiers informés des résultats de mes démarches. Encore une fois, merci pour votre humanisme. D.D.»

Plus tôt dans la journée, D.D. avait publié un long message pour expliquer plusieurs éléments, dont pourquoi il conservait l'anonymat et pourquoi il avait attendu aussi longtemps avant de porter plainte. Voici le long message qu'il avait publié:

« *** Merci à tous ceux qui font du bashing sur mon dos avec des propos incivilisés. Vous me donnez des ailes pour aller jusqu'au bout! ***

*** Bonne nouvelle! J'ai également reçu des dons privés de deux mécènes totalisant 3 500 $! Je réduis donc d'autant l'objectif de manière transparente ***

Je suis le fameux D.D.  Bien que la poursuite criminelle que je souhaite pour éviter qu'il ne fasse plus aucune victime, ici ou ailleurs, soit ma priorité numéro un, cela ne réparera en rien les préjudices que j'ai subis et subis toujours. Mais je n'ai pas les fonds nécessaires pour entreprendre une action au civil qui serait le seul moyen d'obtenir justice pour moi-même et ainsi réparer une partie de mon être qui se trouve en lambeaux. Je suis prêt à prendre les coups pour protéger la société d'un agresseur. Êtes-vous prêts à m'aider pour que je trouve aussi justice pour moi-même? Merci d'avoir pris le temps de me lire.

PS. Si vous êtes un avocat au sein d'un cabinet qui serait prêt à prendre la cause à forfait, svp, contactez-moi!

La somme requise est principalement pour les frais de montage du dossier pour présentation à la cour (5000$). Ensuite, un avocat acceptera de travailler à pourcentage. 

Si j'obtiens plus, j'aurai le choix du cabinet.

Si j'arrive à réunir la somme requise, je publierai en guise de preuve une lettre de confirmation de dépenses par le cabinet qui sera embauché.

********

Je tenterai ici-bas de répondre aux intérogations que j'ai reçues:

1- Pour la question de l'anonymat: C'est une mesure qui vise à me protéger moi et mon entourage d'attaques jusque dans nos vies privées. C'est une question de sécurité. L'anonymat vient de facto dans les cas d'agressions sexuelles. Aussi, nous n'avons pas toujours envie que tous nos collègues de travail, de sport et de loisirs, nos voisins, etc. sachent que nous sommes la victime. De devenir celle-ci ou celui-là.

2- Certains ont l'impression que ce n'est qu'une simple histoire d'argent: Je suis désolé que cela vous laisse cette impression. Je me suis tu depuis 14 mois attendant les résultats de l'enquête et de l'analyse du DPCP. La démarche au criminel consiste essentiellement à compenser les torts commis en transgressant les lois qui nous régissent. C'est pour cela que l'on dit "payer sa dette à la société". L'aspect civil vise à compenser personnellement les gens pour les préjudices vécus. Deux aspects très différents. Je ne suis pas allé au civil en premier, car pour moi l'important était qu'il ne fasse plus de victimes, ici comme ailleurs. Je suis donc allé à la police. Cet aspect avancé et avec l’aide de psychologues, je veux maintenant pouvoir me réparer. Mais étant en choc post-trauma depuis octobre 2017 et suite à une bataille de Titans avec la CSST, je me suis retrouvé sur l'aide sociale au passage, je n'ai pas l'argent requis pour faire valoir mes droits au civil puisque  la facture peut facilement dépasser les dizaines de milliers de dollars. Si vous saviez l'enfer que c'est que de vivre 25 ans avec les conséquences psychologiques et émotionnelles de tout ce que j'ai enduré sous sa férue pendant des mois... 

J'aurais tellement aimé faire toutes ces démarches en 1993, il n'aurait pas fait tant de victimes. Je m'en sens souvent coupable. Mais voyez-vous, nous étions en pleine guerre du Sida, l'homosexualité était loin d'être aussi bien acceptée qu'aujourd'hui, j'aurais dû révéler mon orientation sexuelle, les agressions sexuelles envers les femmes à cette époque étaient encore pratiquement un tabou, imaginez deux hommes - je me serais probablement humilié devant les policiers de l'époque qui auraient ri de moi, et tous les problèmes que cela aurait créés à Radio-Canada m'auraient assurément fait perdre mon emploi à statut précaire à cette époque. Ensuite, on se dit que personne ne nous croira et on sombre lentement. Oh, comme je l'entends si souvent, j'aurais pu lui mettre mon poing à la figure, j'y ai pensé, mais c'est probablement moi qui aurais fini en prison. J'ai décidé de sortir de mon mutisme pour démontrer que ses actes n'étaient pas seulement des abus de pouvoir provoqués par sa notoriété, mais quelque chose de plus insidieux et s'étalant sur une beaucoup plus longue période.

J'espère de tout coeur que vous comprenez mieux ma démarche.

Cordialement,

D.D. »